février 26, 2021

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

accord entre Google et plusieurs médias français pour rémunérer des extraits d’articles dans le moteur de recherche

Ils étaient proches d’un accord. Un mois et demi après que la cour d’appel de Paris a statué le 8 octobre que l’Autorité française de la concurrence a été bien fondée en obligeant Google à entamer des négociations sur les droits voisins avec les éditeurs de presse, la société américaine a annoncé, jeudi 19 novembre, la signature d’accords avec “Un certain nombre d’éditeurs de la presse quotidienne et de magazines, y compris Le Monde, courrier international, L’Obs, Le Figaro, Libération et L’Express ». L’accord vise à prendre en compte les droits d’auteur des publications en ligne indexées dans le moteur de recherche.

“Nous sommes actuellement en discussion avec de nombreux autres acteurs de la presse quotidienne nationale et régionale, ainsi que de la presse magazine”, ajoute la société américaine dans un article de blog.

“Critères objectifs”

Google a dans un premier temps refusé de payer la presse française, déclenchant une impasse avec le secteur. L’Autorité de la concurrence lui avait ordonné de négocier avec les éditeurs, décision validée par la cour d’appel de Paris. En plus de ces premiers accords individuels, Google continue de négocier avec la General Information Press Alliance sur un accord-cadre, négociations qui devraient être conclues. “avant la fin de l’année”.

«Ces progrès permettent de rémunérer les éditeurs de presse en France au titre de la loi sur les droits voisins, selon des critères objectifs, transparents et non discriminatoires, tels que la contribution de l’éditeur à l’information politique et générale, son volume quotidien de publication, son audience mensuelle sur Internet , ainsi que l’utilisation du contenu de nos sites “, salue Sébastien Missoffe, PDG de Google France, dans le billet de blog.

READ  CAC40: scénario 'V' après chute vers 4912, BCE en soutien
Article réservé à nos abonnés Lire aussi “Les plateformes Web ne produisent rien mais s’approprient l’essentiel des revenus”

Le monde avec l’AFP