Alvaro Gonzalez sort du silence

«Je n’ai pas parlé avant pour deux raisons: d’abord parce que les vagues m’ont complètement submergé. Je n’aurais pas pu gagner contre Neymar dans les médias. Mais aussi parce que le club m’a parlé et m’a dit que la justice allait faire son travail. “ Dans une interview diffusée sur YouTube, le défenseur olympien Alvaro Gonzalez (30 ans) a donné sa version des faits sur une Classique que certains appellent déjà le match de la honte.

Suite à cette publicité

Alors que les deux parties n’ont finalement reçu aucune sanction, Alvaro a plaidé le malentendu: «Les supporters m’ont dit que j’avais leur plein soutien. J’ai dit la même chose au coach et au président, que si je devais y aller (je le ferais) mais ils sauraient la vérité, que je ne suis pas raciste d’abord et que je ne suis pas coupable alors “, a-t-il ajouté, semble être très touché par la situation.

Des menaces de mort

Ce dernier, qui avait largement dégénéré sur le pré avec la distribution de 5 cartons rouges, n’a en effet cessé de s’infecter. Au point qu’il interfère dans la vie privée du joueur. «Lorsque nous avons atterri à Marseille, j’avais 2 millions de messages sur Whatsapp, avec des menaces dans d’autres langues. Je n’ai rien compris. Il y avait des photos de nos voitures, ils ont dit qu’ils allaient venir me tuer … “, rembobine l’Espagnol marqué.

Et pour continuer: «Il y avait aussi des messages à mes parents avec leur magasin, qui disaient qu’ils allaient les tuer aussi… J’avais peur que oui. Cela ne m’était jamais arrivé. Il est très difficile de voir que l’on passe de la personne publique à la personne privée en touchant la famille. “

READ  Ryan Giggs arrêté pour des soupçons de violence domestique

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com