février 26, 2021

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Apple paie pour mettre fin au litige sur les performances lentes des anciens iPhones

, publié le mercredi 18 novembre 2020 à 22h20

Apple a accepté de payer 113 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites et aux poursuites contre elle dans une trentaine d’États américains qui l’accusent de réduire les performances des anciens modèles d’iPhone pour épargner des batteries.

La somme sera répartie entre la Californie et 33 autres États, selon une annonce faite mercredi par le procureur général Xavier Becerra.

“Apple a dissimulé des informations sur leurs batteries qui ralentissaient les iPhones, par des mises à jour trompeuses”, a déclaré Becerra.

“Ce type de comportement nuit au portefeuille du client et limite sa capacité à effectuer des achats éclairés. L’accord conclu aujourd’hui (mercredi, ndlr) permet aux consommateurs d’accéder aux informations dont ils ont besoin pour acheter et utiliser les produits Apple”.

L’accord met fin aux plaintes contre les lignes iPhone 6 et 7, dont certaines ont été mises à jour pour restreindre les performances de l’appareil afin d’économiser la batterie à l’insu des utilisateurs, selon les États.

Apple n’a pas commenté ce problème.

Dans des documents juridiques, la marque Apple a indiqué qu’elle avait accepté de payer cette somme “pour règlement (de l’affaire) uniquement”, sans admettre aucune faute ni tentative de tromper ses clients.

Plus tôt cette année, la firme californienne a accepté de payer jusqu’à 500 millions de dollars aux propriétaires d’anciens modèles d’iPhone après deux ans de litige. Les plaignants ont accusé le géant de la technologie d’avoir orchestré des réductions de performances pour inciter les utilisateurs à acheter des modèles plus récents.

READ  OnePlus lance le Nord N10 5G et le Nord N100, un smartphone à 199 €

En décembre 2017, Apple s’est excusé d’avoir délibérément ralenti certains de ses iPhones pour compenser le vieillissement de leur batterie et les empêcher de s’éteindre de manière inattendue.

Le groupe avait néanmoins nié toute tentative d’obsolescence programmée.

En France, le groupe américain a été sanctionné en février pour ne pas avoir prévenu que les mises à jour pouvaient ralentir les anciens smartphones.

Il a été condamné à une amende de 25 millions d’euros (27,8 millions de dollars) après une enquête révélant des «pratiques commerciales trompeuses par omission» mais ne confirmant pas l’accusation d’obsolescence programmée.