Au Mali, ouverture d’une enquête pour “mise en danger de la sécurité de l’Etat”

La justice malienne a ouvert une enquête pour

La justice malienne a annoncé, lundi 28 décembre, l’ouverture d’une enquête pour «Attaque contre la sécurité de l’État», confirmant pour la première fois qu’il soupçonne l’implication de personnalités récemment arrêtées dans un projet de déstabilisation des institutions, quatre mois après le putsch qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta.

“Suite à une dénonciation des services de sécurité rapportant des faits d’atteinte à la sûreté de l’Etat, une enquête préliminaire a été ouverte au niveau du service d’enquête judiciaire de la gendarmerie nationale”Le procureur de Bamako, Mamoudou Kassogué, a déclaré dans un communiqué. “Les personnes impliquées (…) ont été mis à la disposition de cette unité à des fins d’enquête » qui “Actuellement en cours”, il ajouta.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Mali, la chute et les remerciements du président Ibrahim Boubacar Keïta

M. Kassogué est la première personnalité officielle à s’exprimer sur l’arrestation depuis le 21 décembre d’une demi-douzaine de personnalités par la Direction générale de la sûreté de l’Etat. Le personnage le plus éminent cité par le procureur est l’activiste et animateur vedette de la radio Mohamed Youssouf Bathily, connu sous le nom de «Ras Bath», très apprécié des jeunes.

Un demi-frère de l’ancien Premier ministre Boubou Cissé, Aguibou Tall, ou le secrétaire général de la présidence, Sékou Traoré, figurent également sur cette liste de personnes visées par l’enquête. Boubou Cissé, le dernier Premier ministre du président Keïta, avait formellement démenti le 23 décembre toute implication dans un projet de déstabilisation des institutions de la transition censées ramener des civils au pouvoir dans dix-huit mois.

READ  Fedor le robot et les cosmonautes ivres, ou les turpitudes de l'agence spatiale russe
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ibrahim Boubacar Keïta, le président malien qui “jouissait du pouvoir sans l’exercer”

Le 24 décembre, des hommes armés non identifiés ont perquisitionné le domicile de M. Cissé à Bamako en son absence, selon ses avocats.

Les personnalités arrêtées ont reçu les 24 et 27 décembre une visite au camp de gendarmerie d’une délégation de l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH), a annoncé l’ONG. Ils doivent être présentés rapidement au procureur, qui peut décider de les inculper ou non, voire de les placer en détention provisoire.

Le monde avec l’AFP

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com