décembre 5, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

CAC40: scénario ‘V’ après chute vers 4912, BCE en soutien

(CercleFinance.com) – La Bourse de Paris a augmenté ses pertes jusqu’à -1%, la première partie du discours de Ch.Lagarde ayant déçu, notamment la mention d’un programme d’achat d’actifs inchangé jusqu’en décembre, date d’un recalibrage des interventions.

Mais les marchés retrouvent partiellement le sourire (le CAC40 remonte à -0,3%) avec une autre petite phrase en réponse à une question posée par un journaliste: “ nous (la BCE) ne resterons pas figés si la situation se détériore ” et elle invite les Européens de «développer sans délai un nouveau plan de soutien».

Le patron de la BCE indique également que le 4ème trimestre est déjà sous le signe de la récession («novembre pourrait s’avérer très négatif») et de la déflation.

Les prix pourraient ne pas commencer à augmenter dans la zone euro avant 2022, ce qui signifie que les taux réels resteront négatifs pendant au moins 18 mois, et probablement encore 2 ans avant d’atteindre juste + 2%.

L’une des premières conséquences de prévisions plutôt pessimistes sur l’économie est la chute de l’euro, de -0,5% à 1,1680 face au dollar.

Cette journée s’annonçait également la plus chargée de la semaine en termes d’indicateurs économiques, dont la première estimation du PIB américain pour le troisième trimestre.

L’économie américaine a rebondi de 33,1% au troisième trimestre 2020 à un rythme annualisé (contre + 32% attendu), selon la toute première estimation du produit intérieur brut (PIB) publiée par le département du Commerce.

Ce rebond est symétrique au plongeon de -31,4% en estimation finale pour le deuxième trimestre.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué de 40 000 la semaine dernière aux États-Unis, bien plus que prévu, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère du Travail.

READ  Mais où la France trouvera-t-elle les milliards d'euros pour lutter contre la crise?

Les premières demandes d’indemnités de chômage se sont élevées à 751 000 pendant la semaine du 24 octobre, tandis que les économistes prévoyaient une moyenne de 780 000 inscriptions.

La moyenne mobile sur quatre semaines est également en baisse à 787 750 la semaine dernière, en baisse de 24 500 semaine sur semaine.

Le nombre de personnes recevant des prestations régulières s’est élevé à 7,7 millions de personnes la semaine dernière, contre 8,5 millions la semaine précédente.

Reste à prendre connaissance des ventes au détail, «principal moteur de la croissance», rappelle-t-on chez Oddo BHF.

A New York, les marchés américains ont connu hier leur pire session depuis fin juin, le Dow Jones ayant baissé de 3,4% et effacé tous ses gains depuis début août. Le Nasdaq a pour sa part reculé de 3,7%, au plus bas depuis le 2 octobre.

La multiplication des mesures sanitaires et des restrictions à la vie quotidienne pour lutter contre la recrudescence du virus a également provoqué une rechute de près de 6% des prix du pétrole à New York.

En Asie, où l’épidémie est désormais moins virulente, la Bourse de Tokyo n’a affiché qu’une baisse d’environ 0,4% jeudi en fin de séance. À l’inverse, l’indice CSI 300 des principales valeurs cotées à Shanghai et à Shenzhen a augmenté de plus de 0,7%.

De nombreuses valeurs ont continué de baisser, notamment les valeurs pétrolières et gazières avec CGG qui a enregistré un nouveau plus bas absolu vers 0,455, Vallourec qui a plongé vers 11,4E, Technip vers 4,50E.

Nouveau plus bas absolu pour Air-France (-3% vers 2,7E), effondrement initial de -13% sur Albioma jusque vers 37E avant un rebond vers 40E

READ  Bercy anticipe une baisse de 10% du PIB en 2020, puis un rebond de 8% en 2021