janvier 26, 2021

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Coronavirus: bientôt un spray nasal capable de bloquer Covid-19?

l’essentiel
Des chercheurs du CNRS affirment avoir développé un procédé pour empêcher la destruction du virus.

Un coup au nez (ou plus), et c’est fini. le Chercheurs CNRS visent à s’opposer à cette réponse à l’épidémie de coronavirus qui sévit dans le monde. Comme expliqué Le parisien, Les scientifiques français ont trouvé une nouvelle façon de lutter contre la maladie. Grâce à un spray nasal, ou une pastille placée sous la langue, le patient serait soumis à un traitement qui bloque le virus et le rend inactif. Il s’agirait également d’agir en prévention, avec plusieurs doses quotidiennes, et non dans le but de guérir un patient déjà malade.

Le principe est basé sur la recherche d’un moyen d’empêcher Sars-cov-2 de pénétrer dans les cellules pulmonaires. Pour y parvenir, le virus utilise la protéine «Spike», qui agit comme une «clé» pour entrer. Des chercheurs du CNRS ont mis au point une protéine, un peptide, capable de «mimer» le verrou cellulaire. Ce verrou mimique se fixerait à la protéine Spike et empêcherait le nouveau coronavirus d’infecter la cellule.

Traitement “avant la fin de l’année”

Pour l’instant, ce projet scientifique n’est pas encore achevé puisque seuls des tests de laboratoire sur des cellules pulmonaires ont été réalisés, mais jamais sur des sujets vivants. L’étude est également en attente de publication dans une revue scientifique. Certaines voix se montrent prudentes sur cette progression, la jugeant prématurée avant l’évaluation et la validation de ce travail. D’autant que d’autres chercheurs, basés à San Francisco, ont obtenu des résultats similaires, sans y publier non plus dans une revue scientifique.

READ  La banque suisse restituera les actifs de la RDA | Économie allemande, faits, analyses, données, prévisions | DW

Mais les chercheurs français sont positifs quant à la non-toxicité de leur traitement. L’équipe du professeur Philippe Karoyan, professeur au laboratoire de biomolécules de l’Université de la Sorbonne, assure au Parisien qu’elle est en discussion avec des groupes pharmaceutiques. Et que si un financement adéquat est finalisé, ils pourraient «proposer un produit formulé avant la fin de l’année».