novembre 1, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Des centaines d’articles Carrefour invendus trouvés dans la forêt du Nord

Une association de protection de l’environnement a découvert une centaine de produits Carrefour périmés dans une forêt. L’enseigne prétend avoir lancé une enquête interne.

Tapenades, surgelés, pâtes, sandwichs … Au total, l’équivalent de deux fourgons remplis de produits Carrefour invendus ont été trouvés dans la forêt de Mormal, la plus grande forêt du département du Nord, révèle France Bleu.

Alertée par un marcheur le lundi 17 août, l’association Mormal Forêt Agir a déposé une plainte auprès de la gendarmerie de Landrecies. Dans une communiqué Posté sur Facebook, Benoit Tomsen, le président de l’association, s’est dit confiant: “il y a suffisamment de codes de traçabilité pour espérer qu’une enquête nous permettra de remonter à la source”.

Contacté par l’association via les réseaux sociaux, Carrefour aurait indiqué que cet incident était “totalement inacceptable” et allait à l’encontre de leurs engagements et pratiques. La marque a confirmé avec nos collègues de Figaro qu’une enquête interne avait été ouverte.

Une enquête menée pour retrouver l’auteur de cet acte

L’entreprise devra déterminer qui est à l’origine de l’abandon de ces produits périmés au milieu de la forêt. Ils peuvent provenir de l’un des magasins de la région ou d’une association liée au programme de dons de la marque. Depuis la loi anti-gaspillage de 2016, les grossistes ont l’obligation de faire don de leurs invendus de produits alimentaires à des associations. L’un d’eux aurait peut-être voulu se débarrasser de ces cadeaux.

L’association a déclaré sur Facebook qu’elle avait envoyé à Carrefour tous les codes barres et autres informations sur les articles. Anne-Laure Cattelot, membre LREM du 12e arrondissement du Nord, a décrit cet acte d’abominable. “J’espère que les auteurs seront rattrapés par la justice et condamnés”, a écrit le député.

READ  Luxe: Kering récupère au troisième trimestre mais Gucci peine