décembre 3, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

“Des tests doivent être effectués sur tous les masques”, a déclaré un médecin

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé mercredi 11 novembre que les masques chirurgicaux portés contre le Covid-19 “conserver de très bonnes capacités de filtration après 10 lavages en machine à 60 °”. Selon l’étude menée par l’association, ces masques, destinés à être jetés après quatre heures d’utilisation ou dès qu’ils sont mouillés, restent “bien au-dessus des exigences minimales pour les masques en tissu” Certifié Afnor, même après plusieurs cycles de machine.

>> Stérilisation, recyclage …: scientifiques et industriels français se mobilisent pour donner une seconde vie aux masques chirurgicaux.

“Je ne suis pas surpris par ces résultats”, a réagi sur franceinfo Bruno Grandbastien, hygiéniste, président de la Société française d’hygiène hospitalière. Il souligne que “Des études antérieures avaient montré qu’un masque à usage médical résistait aux opérations de lavage, y compris à 60 degrés, et qu’il gardait son intégrité et sa capacité à respirer après quelques lavages.”

Mais Bruno Grandbastien pointe “une difficulté” sur ce que révèlent les tests de l’UFC-Que Choisir. Association “a travaillé sur quelques modèles de masques. Et les fabricants de ces masques ne s’engagent que sur un masque à usage unique.” Pour le médecin, ces tests doivent être effectués “sur tous les masques et que les fabricants s’engagent à garantir l’intégrité et les mêmes résultats que cette étude pour tous les masques”.

Le président de la Société Française d’Hygiène Hospitalière rappelle qu’il y a “aujourd’hui les masques en tissu qui répondent à ce besoin du grand public. Ils ont d’ailleurs été fabriqués à cet effet”. Ils sont recommandés pour le grand public “pour les transports publics, pour les espaces publics”, explique Bruno Grandbastien. Ces masques en tissu sont “lavable jusqu’à cinquante fois pour certains modèles. Le fabricant s’engage à garantir la qualité de filtration et la respirabilité jusqu’à concurrence du nombre de lavages qu’il garantit”, ajoute le docteur.

READ  plus de 16000 cas en 24 heures, un record

Bruno Grandbastien estime également que le masque en tissu reste la protection la plus écologique contre Covid-19 “puisque nous ne jetons pas les masques, donc nous ne polluons pas”. Il souligne que les masques à usage unique ont “Une durée de vie extrêmement longue dans l’environnement avant de se dégrader. Ce sont des polluants vraiment importants. Par contre, à l’hôpital ou en milieu de soins, nous recommandons les masques à usage unique”.

Bruno Grandbastien tient à vous rappeler le bon usage des masques chirurgicaux qui ne doivent pas être portés plus de quatre heures: “Ne le manipulez pas, sinon nous contaminons nos mains, nous nous frottons les yeux, nous pouvons nous contaminer”. Il faut enfin «avoir le geste d’hygiène des mains approprié, c’est-à-dire se frotter les mains très régulièrement avec un produit hydroalcoolique».