Dividendes: deux valeurs françaises à acheter pour leur rendement, selon UBS


Il faudra quelques années pour trouver un taux de dividende équivalent à celui de 2019. (© Adobestock)

Le bureau d’études de la banque suisse note que, pour la première fois en plus de deux ans, les dividendes à venir ont fait l’objet de révisions à la hausse le mois dernier. Parmi les entreprises bien positionnées sur ce thème, UBS apprécie particulièrement deux groupes français.

L’une des principales raisons d’investir en actions dans le contexte actuel est le dividende, rappellent les experts d’UBS dans le préambule. C’est l’argument TINA (“il n’y a pas d’alternative”).

Ainsi, malgré la récession la plus profonde depuis au moins 60 ans, les obligations d’État allemandes à dix ans ont procuré aux investisseurs des rendements négatifs au cours des 12 derniers mois.

Trois ans pour retrouver leur niveau

Les entreprises européennes ont versé à leurs actionnaires 350 milliards de dividendes en 2019. Selon les analystes de la banque suisse, les dividendes ne retrouveront pas leur niveau précédent avant 2023.

Il serait finalement un peu plus rapide à rattraper que lors de la grande crise précédente: les dividendes avaient mis cinq ans pour revenir à leur niveau de 2007.

Les attentes revues à la hausse

La bonne nouvelle est que pour la première fois en deux ans, les prévisions de dividendes ont été révisées à la hausse en septembre. La majorité des secteurs soumis à ces réajustements sont ceux sensibles au cycle économique, même si pour beaucoup d’entre eux il s’agit de passer d’estimations très négatives au printemps à des prévisions un peu moins négatives.

Par exemple, pour le secteur minier, le consensus du printemps prévoyait une baisse des dividendes 2020 de 41%. Une baisse actuellement ramenée à -37%.

En savoir plus sur LeRevenu.com

READ  Sanofi va acquérir l'américain Principia Biopharma pour 3,68 milliards de dollars

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com