Doit-on vacciner les anciens patients avec Covid?

Il n’y a pas de place en France pour «vacciner systématiquement» les personnes déjà infectées par le coronavirus, mais rien ne s’y oppose si elles le souhaitent, a déclaré hier la Haute Autorité de Santé (HAS).

Selon l’organisation, le “résultat scientifique” est “qu’à ce jour, les données ne nous permettent pas de savoir s’il y a un avantage à vacciner des personnes déjà infectées par le SRAS-CoV-2”. D’autre part, elle remarque l’absence «d’effets secondaires graves particuliers» lorsqu’une personne qui a eu Covid-19 est vaccinée. La HAS conclut donc que rien n’empêche une telle vaccination, si une personne infectée le souhaite, «suite à une décision partagée avec le médecin».

La HAS a également confirmé sa recommandation de donner la priorité à la vaccination des personnes âgées dépendantes dans les maisons de retraite médicalisées et des résidents âgés des établissements collectifs. Elle précise que les soins de suivi et de rééducation ne sont pas concernés dans cette phase 1 de la campagne de vaccination. Pas plus que des personnes handicapées hébergées dans des établissements, et ne présentant pas de comorbidité ou un âge élevé augmentant le risque de forme sévère de la maladie.

Les femmes enceintes ne sont pas une priorité?

Enfin, la HAS confirme que les personnes atteintes de trisomie 21 sont considérées comme prioritaires pour la vaccination, comme celles à risque de comorbidités. En revanche, il précise de ne pas inclure à ce stade les femmes enceintes dans les populations prioritaires.

Les premières vaccinations contre Covid-19 auront lieu “à partir de la dernière semaine de décembre”, mais pas avant “la fin du printemps” pour la population non prioritaire, a annoncé mercredi le Premier ministre Jean Castex.

READ  Jan Ciemnoczołowski, maître de piste à la retraite du chemin de fer Żnińska Narrow Gauge, vient d'avoir 105 ans!

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com