décembre 3, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Donald Trump a rattrapé l’incertitude liée à Covid-19

À l’approche de l’élection présidentielle du 3 novembre, Le monde tient le journal de la campagne. Une mise à jour quotidienne, avec des faits de campagne, des publicités politiques, des sondages, des cartes et des chiffres qui vous permettent de suivre et de vivre la compétition électorale la plus importante au monde.

Donald Trump avait espéré durant l’été qu’un redémarrage rapide de l’économie lui permettrait de renouer avec son message de campagne initialement prévu avant l’épidémie de Covid-19, centré sur un bilan flatteur. Le fort rebond de la croissance, annoncé jeudi, continue d’être souligné par le président. “ Il faut remonter à 1952, il faut remonter à 1961, il y a de très nombreuses années, pour trouver quelque chose comme ça », A-t-il assuré avant de quitter la Maison Blanche pour battre les tribunes ce vendredi 30 octobre.

« Il n’y a jamais rien eu de tel pour aucun pays, pas seulement le nôtre, pour aucun pays », a-t-il insisté un peu plus tard à Green Bay, dans le Wisconsin. Joe “ Biden vous apportera pauvreté, misère et dépression. Je créerai des emplois, des emplois, des emplois et la meilleure économie de l’histoire de notre pays “, A-t-il également déclaré.

Le “ retour à la normale «La promesse de Donald Trump contraste avec le pessimisme de Joe Biden à propos du Covid-19. Le président sortant, en campagne dans ce Wisconsin particulièrement touché par l’épidémie, a épuisé son rival démocrate. “Il parle d’un hiver long et sombre, c’est génial, c’est merveilleux. Ce dont notre pays a besoin, c’est d’un long hiver sombre et d’un leader pour en parler «, A-t-il plaisanté. «Je ne vais pas fermer le pays. Je ne vais pas fermer l’économie. Je vais arrêter le virus », Joe Biden a répondu sur son compte Twitter.

READ  Russie: une femme se réveille à la morgue, déclarée morte par erreur
Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’économie américaine rebondit au troisième trimestre

Cependant, tous les indices ne sont pas aussi bien orientés que la croissance. Le président sortant ne parle plus de la Bourse depuis plusieurs jours, et pour cause. Wall Street s’est brutalement terminée vendredi après avoir enregistré l’une des baisses hebdomadaires et mensuelles les plus importantes depuis mars et le début de la pandémie. Le Dow Jones a perdu 6,5% en une semaine, et le Nasdaq, où les valeurs technologiques sont concentrées, 5,5%.

Donald Trump n’a pas non plus évoqué le nouveau pic de contamination enregistré le même jour. Les États-Unis ont en effet enregistré plus de 94 000 nouveaux cas, le nombre quotidien le plus élevé depuis le début de la pandémie selon un décompte de l’Université Johns Hopkins qui fait autorité en la matière. Et le total des morts devrait dépasser 230 000 samedi.

Vous avez 65.28% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.