octobre 27, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Elon Musk annonce la prochaine mise à jour historique du système de conduite autonome Tesla

Le pilote automatique Tesla est bon, mais il peut faire mieux. Si le système de conduite autonome développé par la marque américaine est certainement l’un des plus performants, et qu’il propose déjà des fonctions relativement avancées permettant en théorie une conduite paisible et sûre avec moins d’intervention humaine, il est encore loin de faire le travail. l’unanimité parmi les pilotes. Car non seulement, avec Tesla qui sont au niveau 2 de conduite autonome, on est encore très loin du niveau 5 (le plus haut de la hiérarchie), mais au fil des mises à jour, censées perfectionner et améliorer le système, certains comportements étranges, voire inquiétants apparaissent parfois. C’est notamment le cas du phénomène de «freinage fantôme», ou freinage intempestif, qui s’active à l’insu du conducteur lorsque le pilote automatique détecte par erreur un obstacle qui n’existe pas.

Chez Tesla, nous travaillons sans relâche pour améliorer Autopilot, à tel point qu’à la suite de diverses mises à jour, la dernière version, pour ceux qui ont la chance d’en bénéficier aux USA (elle n’est pas disponible). en Europe), permet par exemple à Tesla de reconnaître les feux de signalisation et d’adapter leur comportement en conséquence, en s’arrêtant à un feu rouge sans intervention du conducteur.

Un «bond en avant» grâce à une puce maison

Mais si des mises à jour itératives sont nécessaires et constituent une des forces de l’architecture logicielle de Tesla, elles ne sont parfois plus suffisantes, et des améliorations significatives doivent aussi passer par une évolution du matériel, et en particulier du microprocesseur de gestion. toute l’intelligence des voitures. Par conséquent la marque avait annoncé au printemps 2019 ayant abandonné la plateforme Nvidia Drive au profit de sa nouvelle puce maison. Le dernier (Ordinateur entièrement autonome) est notamment intégrée à tous les modèles de la gamme fabriqués depuis le 20 mars 2019. Elon Musk s’était même engagé à installer gratuitement cette nouvelle puce sur les modèles fabriqués avant cette date, sur demande, lors d’une opération de maintenance sur rendez-vous. La promesse semble tenue puisque les propriétaires américains de Tesla touchés par cette modification témoignent dans divers forums avoir déjà bénéficié de l’intervention, d’une durée d’environ une heure, et d’avoir donc quitté le Tesla Center avec une toute nouvelle puce maison, beaucoup plus performante, et compatible avec les prochaines évolutions importantes d’Autopilot.

READ  French Days - Trouvez des dizaines d'offres à partir de demain à 7 h

Elon Musk est revenu sur le sujet cette semaine et a annoncé que la réécriture du programme Autopilot / Full Self-Driving (FSD) permettra un «saut quantique», rien que cela. Ce ne sera donc pas une simple évolution, mais selon ses mots une réécriture complète du programme, ce qui risque vraiment d’entraîner des changements radicaux dans la conduite autonome: «L’amélioration de la FSD sera un bond en avant, car il s’agit d’une réécriture architecturale fondamentale, et non d’un ajustement progressif. Je conduis personnellement la voiture dans la version alpha. Presque aucune intervention entre la maison et le travail. Diffusion publique limitée dans 6 à 10 semaines ».

Par «version limitée», Elon Musk signifie probablement que, conformément à ses procédures habituelles, Tesla mettra la mise à jour à la disposition des propriétaires de Tesla membres du programme «Early Access» qui testent d’abord une version bêta avancée de certaines nouvelles fonctionnalités. et donner leur avis avant que Tesla ne le publie à l’ensemble de la flotte.

Elon Musk, autopilote-essayeur numéro un

Elon Musk avait déjà fait allusion à la prochaine version du pilote automatique dans une déclaration précédente rapportée par nos collègues d’Electrek: «J’ai donc personnellement testé la dernière version alpha du logiciel de conduite entièrement autonome lorsque je conduis ma voiture et je pense que c’est vraiment mieux que ce que les gens pensent. C’est incroyable. J’ai presque atteint le point où je peux aller de chez moi au travail sans intervention, malgré les travaux de voirie et les situations très variées. C’est pourquoi je suis très confiant que la fonction d’auto-conduite complète sera terminée d’ici la fin de l’année, car je l’utilise réellement. “

Rappelons que Musk a également annoncé en 2019 que d’ici la fin de 2020 Tesla mettrait sur la route une flotte de robotaxis, ces taxis autonomes basés sur le modèle 3, qui ne pouvaient être fonctionnels qu’avec la version la plus avancée d’Autopilot. Des caractéristiques dont les propriétaires européens de Tesla ne profiteront probablement pas, car les réglementations capricieuses résultant de la bureaucratie bruxelloise ne permettent pas certaines fonctions communes de l’autre côté de l’Atlantique, tandis que le prix (élevé) de l’option FSD est le même en Europe qu’aux USA.

READ  La France taxera les géants de la technologie en décembre, annonce Le Maire

cependant, le “temps Elon Musk” n’étant pas tout à fait la même que celle de l’horloge atomique, nous avons peut-être encore quelques mois devant nous pour la voir venir …