en moyenne “19 remarques discriminantes” par programme

, publié le mardi 08 décembre 2020 à 20:46

Sexisme, «LGBTIphobie», «grossophobie» et «séquences racistes» rythment «Les Grosses tête», l’émission quotidienne emblématique de RTL, affirme l’association de journalistes gay lesbiennes bi trans et intersexes (AJL) dans une étude publiée mardi comptant justement ces derniers. un mois.

Les résultats sont “amers” pour l’AJL, qui indique avoir notamment noté “159 propos sexistes, 66 propos homophobes et transphobes, 51 propos racistes, 29 propos grossophobes” après un mois d’écoute de Big Heads, un programme humoristique créé en 1977 par Philippe Bouvard.

“Chaque émission contient en moyenne 19 propos discriminants. Les déclarations sexistes tiennent le dessus puisqu’elles sont présentes dans tous les programmes”, détaille l’AJL dont l’étude a été réalisée entre le 21 septembre et le 23 octobre 2020.

L’émission, animée par Laurent Ruquier depuis 2014, rassemble une équipe de chroniqueurs et recrée, selon l’AJL, «le schéma de harcèlement des terrains de jeux (…) où insultes et discriminations sont constamment encouragées contre les chèvres. Émissaires nommés. le prétexte de l’humour “.

Interrogé par l’AFP, RTL a indiqué que Laurent Ruquier ne souhaitait pas s’exprimer sur le sujet, le groupe précisant avoir “confiance dans le jugement des auditeurs”.

Selon l’association des journalistes LGBTI, «la présentation des chroniqueurs, dès les premières secondes de l’émission, donne le + le + de propos sexistes, racistes, homophobes» à travers une «galerie de portraits stéréotypés».

«+ Ménagère +, + putain +, + trop grosse + ou + trop moche +, + stupide +: les femmes y sont constamment visées à cause de leur sexe», précise l’AJL.

L’association dénonce également la présence de propos “grossophobes” affectant “à la fois les hommes et les femmes”, ceux qui banalisent “le viol, les crimes, les violences sexuelles et la criminalité des enfants” dans “près d’un programme sur deux”.

READ  ses habitudes dégoûtantes et super dégoûtantes pendant le tournage de ses collèges pendant

Enfin, elle indique que dans environ 80% des émissions, elle a relevé des propos «LGBTIphobes», malgré la présence de trois chroniqueurs «ouvertement homosexuels», et des propos racistes, «principalement sur des Roms, des Roumains et des Asiatiques» ou sur «des noms étrangers, surtout à consonance africaine ».

“Les Grosses Têtes ne peuvent échapper à leur responsabilité médiatique dans la propagation du discours de haine” au vu de son audience, estimée à “plus de deux millions d’auditeurs”. «La justification du + bon groupe d’amis + ne peut pas tenir le coup», déclare AJL.

Le CSA “examinera de près cette étude” – qu’il “a obtenue” sans avoir été saisi – dans “les prochains jours”, a déclaré mardi son président, Roch-Olivier Maistre, lors d’une audition de la commission des affaires culturelles du Assemblée nationale.

La lutte contre les discriminations sur les ondes et les antennes “est un sujet important pour nous” a souligné M. Maistre, rappelant la lourde “sanction” infligée à C8 et à son propriétaire, le groupe Canal +, après un canular jugé homophobe dans l’émission “Touche pas à mon poste “, il y a trois ans.

Cette amende, de 3 millions d’euros, a été “confirmée” fin septembre par le Conseil d’Etat, a rappelé le président du CSA, qui a répondu à une question du député LFI Michel Larive.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com