Engie donne son feu vert à la vente de 29,9% de Suez à Veolia, malgré l’opposition de l’État

Le conseil d’administration d’Engie a annoncé, lundi 5 octobre, avoir accepté l’offre du groupe de gestion de l’eau et des déchets Veolia, qui rachètera 29,9% du capital de son concurrent Suez pour 3,4 milliards d’euros. «Le Conseil a pris acte de l’ensemble des engagements pris par Veolia, et notamment de son engagement inconditionnel de ne pas déposer d’OPA hostile suite à l’acquisition de la participation d’Engie dans Suez, et des discussions engagées entre les parties ces derniers jours sur le projet industriel “, a écrit Engie dans un communiqué de presse.

La voie est apparue claire pour Veolia après que le fonds Ardian, présenté en appel, ait renoncé à déposer lundi une contre-offre auprès du conseil d’administration d’Engie. Pourtant, l’Etat, actionnaire avec 23,6% d’Engie, a voté lundi soir “Contre la proposition de vendre le bloc de Suez à Veolia”, “En l’absence d’accord amiable entre les deux sociétés”, a déclaré le ministère de l’Économie dans un communiqué.

Le numéro un mondial du secteur a lundi soir “A confirmé son intention d’acquérir le contrôle” de son ancien rival. “Dans le même temps, cette offre ne sera pas lancée sans un accueil favorable du Conseil d’Administration de Suez”, a ajouté Veolia, qui dit souhaiter “Reprendre les discussions demain” Mardi avec Suez.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dans l’affaire Suez-Veolia, des différences persistantes entre l’Etat français et Engie

Conseil d’administration d’Engie “Doit agir dans l’intérêt de tous les actionnaires” et pas seulement de l’Etat, a commenté par la suite le président d’Engie, Jean-Pierre Clamadieu. “Comme le conseil, je dois prendre en compte tous les actionnaires, l’Etat mais aussi les autres actionnaires, et c’est cette appréciation qui s’est reflétée dans le vote du conseil d’administration”, at-il déclaré. «Engie n’est pas une entreprise publique, Engie est une entreprise à participation publique. “

La confrontation entre les deux fleurons français de la gestion de l’eau et des déchets fait rage depuis que Veolia a annoncé fin août son intention de créer un géant mondial en rachetant l’essentiel de la participation d’Engie dans Suez, avant de lancer une OPA sur les actions restantes. L’offre améliorée de Veolia, qui propose à Engie 3,4 milliards d’euros pour 29,9% de Suez, a expiré lundi à minuit.

READ  Les valeurs à suivre à Paris et en Europe: Airbus, Ubisoft, VIvendi ...

Engie avait dit, mercredi soir, qu’il accueillait “Favorablement” cette offre. Et Veolia a accepté dimanche l’une des conditions qui lui étaient posées, en s’engageant “Inconditionnellement” de ne pas déposer par la suite une OPA hostile sur le reste du capital de Suez.

Suez dénonce une offre “hostile”

Engie avait d’ailleurs prévenu dimanche, par la voix d’un porte-parole, qu’il n’examinerait pas “Une offre alternative” à celui de Veolia “Uniquement s’il s’agit d’une offre ferme et à un prix au moins égal à celui de Veolia”. Or Ardian, apparu comme un recours la semaine dernière pour la direction et les syndicats de Suez, n’avait jusqu’ici fourni que “Lettre d’offre indicative”. “Ardian, fidèle aux principes de négociations non hostiles, a décidé de ne pas soumettre d’offre”, a finalement expliqué, lundi, le fonds dans un communiqué. “Ardian a travaillé sur une offre, soutenu par les salariés de Suez et son conseil”, mais qui aurait nécessité six semaines pour examiner les comptes.

Suez est très contrarié par les plans de Veolia, dont l’offre “Est hostile, qu’il s’agisse de l’acquisition du bloc 29,9% ou du projet dans son ensemble”, avait répété, lundi, le conseil d’administration du groupe avant la décision d’Engie. Le tableau “Regrette la hâte du conseil d’administration d’Engie de vouloir se prononcer sans analyse et sans discussion et dialogue préalables sur une offre alternative qui préserve les intérêts de Suez”, a-t-il ajouté, confirmant “Qu’elle mettra en œuvre tous les moyens à sa disposition pour éviter une prise de contrôle rampante ou un contrôle de fait”.

Lisez la colonne: “Les chances que Veolia et Suez créent plus de valeur qu’aujourd’hui sont limitées”

La position de la direction de Suez est soutenue par les représentants syndicaux du groupe, mais aussi par des personnalités politiques comme les députés La République en Marche qui avait invité le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, “Pour donner du temps au temps”. L’Etat avait tenté à plusieurs reprises ces derniers jours d’apaiser les tensions. M. Le Maire avait rappelé “Solennellement” Dimanche soir Suez et Veolia “De reprendre leurs discussions dans les prochaines heures afin de parvenir à un accord à l’amiable” préserver les intérêts de chacun.

READ  Disparu des médias. Nous savons ce qui se passe avec Beata Tyszkiewicz

Mais si “L’Etat a une voix importante, le conseil d’administration doit agir dans l’intérêt de tous les actionnaires”, a expliqué le président d’Engie, Jean-Pierre Clamadieu, aux journalistes après le vote.

Le monde

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com