Enola Holmes: critique sans Sherlock mais sur Netflix – Critique de film

DÉTECTIF FRIPÉ

Transposition du premier tome des aventures de la sœur du détective privé le plus célèbre au monde (intitulé La double disparition, écrit par Nancy Springer), le film souffre de sa nature même, sent ce scénariste Jack Thorne ne savait pas trop comment se débarrasser du texte original. Découpé par d’innombrables côtés, entrecoupés de monologues intérieurs et de dialogues explicatifs, leensemble est aussi bavard que paresseux en termes de narration.

Et si l’on est reconnaissant à l’intrigue d’avoir réservé quelques surprises, alors que son héroïne doit se débattre avec une société victorienne bien décidée à la casser, ces dernières manquent singulièrement d’énergie dans leur agencement. Pour certaines branches inattendues (comme lorsque le protagonisteNous comprenons qu’elle ne pourra finalement pas échapper à l’institut pour jeunes femmes auquel elle est destinée), il subira systématiquement des myriades de tirades pas vraiment cinématographiques.

Plus ennuyeux, la procrastination d’Enola ou de ses compagnons de voyage prend souvent le pas sur son parcours initiatique vers le chemin de l’enquête, alors que la caméra a beaucoup de mal à nous faire ressentir comment la jeune femme avance, de déduction en déduction. Le réalisateur Harry Bradbeer raconte le tout sans génie, mais avec un soin honorable, qui ne lui permet pas de nous faire sentir le déploiement ou la curiosité intellectuelle de son caractère central.

photoAffaire de famille

FRAGMENTAIRE MON CHER WATSON

Cependant, Enola Holmes est loin de se tromper et cache plusieurs beaux moments. Aussi rares qu’ils soient, les séquences épiques ou d’action fonctionnent toutes très bien. Clairs et lisibles, ils sont également toujours construit de manière à accompagner les défis du jeune Holmes et les conflits quis-tend son action, ce qui leur confère une importance délectable, d’autant plus qu’on ne surjoue pas la puissance physique de l’enfant, contraint d’affronter des adultes bien plus forts qu’eux et donc de faire face à des menaces dignes de ce nom.

Enfin, lorsque le film agite les muscles et le rembourrage dans une impulsion commune, il retrouve un peu de la grammaire de ses glorieux aînés, parmi lesquels Le secret de la pyramide, Élémentaire, mon cher … Lock Holmes, Les aventures du jeune Indiana Jones ou l’ouverture de La dernière croisade. Une dynamique trop rare, mais plaisanterie, particulièrement animé quand Millie Bobby Brown visages Henry Cavill, comme le duo travaille. Mais elle est l’actrice de Choses étranges qui remporte la chanson, grâce à son enthousiasme et son étonnant charisme.

READ  Le chaos au Capitole vu par les alliés et les adversaires du monde entier

photo, Millie Bobby BrownDétective étranger

Loù l’on pourrait craindre un produit industriel qui utilise un féminisme de supermarché pour se repeindre comme un parangon de progressisme avec opportunisme, Enola Holmes étonne par l’agencement de ses personnages féminins, OMS composer collectivement un nuancier réussi des relations complexes des femmes à la question de leur représentation. Et plutôt que de l’utiliser pour les opposer systématiquement à leurs homologues masculin, le scénario préfère interroger le rapport de chacun à un changement de paradigme qui génère encore aujourd’hui une électricité substantielle.

Cette finesse, inattendue et bienvenue, donne dans la seconde moitié de l’histoire un peu de profondeur à des personnages qui jusque-là faisaient cruellement défaut.

Enola Holmes est disponible sur Netflix depuis le 23 septembre 2020 en France

Affiche américaine

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com