janvier 26, 2021

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

“Espagne = Syrie”, l’équation qui a fait basculer l’interrogatoire d’un accusé lors du procès de l’attentat du Thalys

Jusqu’à présent, tout va bien. Rédouane El Amrani Ezzerifi, l’accusé le plus discret du procès de l’attentat du Thalys, passait les audiences depuis trois semaines comme un clandestin dans sa propre affaire. Personne ne semblait prêter attention à ce migrant marocain affable et poli qui, en route pour l’Europe, avait croisé la route d’Abdelhamid Abaaoud en Turquie. Quand, au milieu de son interrogatoire, mardi 8 décembre, l’avocat général a sorti de sa manche une équation improbable: “Espagne = Syrie”. Et tout a changé.

Des quatre accusés dans ce procès, El Amrani est le seul dont le rôle dans l’attaque du Thalys, qui a fait deux blessés le 21 août 2015, ne peut se résumer en un mot: Ayoub El-Khazzani, qui sera entendu mercredi, est accusé d’être le “tireur”; Bilal Chatra pour être “le scout” qui a ouvert la route des Balkans au terroriste et à son principal, Abdelhamid Abaaoud; quant à Mohamed Bakkali, il est soupçonné d’être le “chauffeur” qui a escorté les deux jihadistes à Bruxelles. La fonction exacte assignée par le parquet à El Amrani semblait moins établie.

Enquête : L’attaque du Thalys, levant le rideau d’une vague de terreur en trois actes

L’interrogatoire de ce Marocain de 28 ans avait plutôt bien commencé. Au cours de la matinée, El Amrani a expliqué comment il était venu en Turquie, à l’automne 2014, pour émigrer en Europe, sa rencontre fortuite avec Abaaoud à Edirne, une ville proche de la frontière grecque, et leur cohabitation dans un appartement où transitaient des migrants avant de continuer. leur voyage en Grèce. A cette époque, nous assure-t-il, il ne savait pas ce qu’était l’organisation État islamique, sa seule obsession étant de rejoindre l’Europe pour trouver une vie meilleure.

READ  L'immense incendie dans le port de Beyrouth a été éteint

C’est animé par cet objectif unique qu’il a ensuite traversé en bateau un bras de la mer Égée entre la Turquie et la Grèce, fin décembre 2014. Il était accompagné d’Abaaoud et de deux autres résidents belges de l’appartement d’Edirne qui seront tués deux semaines. plus tard, lors d’un assaut des forces spéciales contre une cellule terroriste dans la ville belge de Verviers. El Amrani ne savait pas alors, dit-il, qui était Abaaoud et quels étaient ses plans.

Il l’ignorait toujours lorsque, début janvier 2015, il partagea brièvement un appartement à Athènes avec Abaaoud, avant de tenter de poursuivre seul son voyage à travers l’Europe. “La seule chose que je regrette, c’est le jour où j’ai rencontré Abaaoud”, résume-t-il.

” Quels sont tes plans futurs ?, demande le président à l’accusé, qui risque vingt ans d’emprisonnement pour association criminelle terroriste.

Il vous reste 59% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.