ICI SEULEMENT. La prochaine fois, il invitera quelqu’un du Kremlin? L’Allemagne veut nous enseigner l’état de droit au Sénat. La rencontre est organisée par Tomasz Grodzki

Répression violente des manifestations, des batailles de rue à Berlin et de la police aux armes longues gardant les synagogues. En outre, il y a un accord avec le régime pénal de Poutine – c’est à quoi ressemble l’état de droit allemand aujourd’hui, mais pour Tomasz Grodzki, il devrait également être un modèle pour la Pologne. C’est probablement la raison pour laquelle il organise le Forum de dialogue du triangle de Weimar “L’état de droit sous pression”, au cours duquel des hommes politiques principalement allemands et français joueront le rôle principal. Ils vont nous apprendre la primauté du droit maintenant?

LIRE AUSSI: Lettre ouverte de l’Association “Dignité”: Maréchal qui détruit le Sénat. Voix sur le message de Tomasz Grodzki

La composition des panels de discussion suscite une controverse considérable. Il s’avère que le Président du Sénat n’a invité que des politiciens allemands, français et ses collègues de l’opposition à la discussion. Il n’y aura pas de représentant du camp gouvernemental pour cela. Oh, l’état de droit et les normes démocratiques sous le signe de Tomasz Grodzki!

A l’occasion du 30ème anniversaire du Triangle de Weimar, le jeudi 18 février de cette année, sous la forme d’une visioconférence, le Forum de Dialogue “L’Etat de droit sous pression?” Il sera assisté par le maréchal du Sénat de la République de Pologne, prof. Tomasz Grodzki, président du Bundesrat de la République fédérale d’Allemagne, Dr Reiner Haseloff et président du Sénat de la République française, Gérard Larcher

– on lit dans l’annonce du Forum.

Panneaux Grodzki

On sait que le Forum sera divisé en groupes de discussion. La première sera suivie par: le sénateur Aleksander Pociej, président de la commission des droits de l’homme, de l’état de droit et des pétitions du Sénat de la République de Pologne, le sénateur Jean-Yves Leconte, membre de la commission des affaires juridiques et européennes de la Sénat, et Claire Bazy Malaurie, vice-présidente de la Commission de Venise, membre de la Cour constitutionnelle française. Il est intéressant de noter que M. Stephan Holthoff-Pförtner, Ministre des affaires fédérales et européennes et des affaires internationales du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie prononcera un discours d’introduction sur le thème: «L’indépendance de la justice: un pilier de l’état de droit» . Ce politicien allemand parlera-t-il des nominations politiques des juges en Allemagne?

READ  Novembre 2020, le plus chaud jamais enregistré au monde

Le deuxième panel sera consacré aux mécanismes de protection de l’état de droit dans l’Union européenne ». Il sera présenté par Guido Wolf, ministre de la Justice et des Affaires européennes du Land de Bade-Wurtemberg et président de la commission des affaires européennes du Bundesrat. Ce panel sera assisté par: le sénateur Bogdan Klich, président de la commission des affaires étrangères et de l’Union européenne du Sénat de la République de Pologne, le sénateur M. Jean-François Rapin, président de la commission des affaires de l’Union européenne du Sénat français, et prof. dr hab. Ewa Łętowska, ancienne juge au Tribunal constitutionnel de la République de Pologne (2002-2011), membre de l’Académie polonaise des sciences

– on lit dans l’annonce du Forum.

Le président du Sénat souffre d’une manie de supériorité. Il lui semble qu’il est le sauveur de la nation, qui a le droit de mener sa propre politique étrangère indépendamment du gouvernement. Tout s’est mal passé pour lui et il patauge de plus en plus dans son ridicule. Il est intéressant de noter que la soirée de Grodzki aura lieu le lendemain de la réunion des dirigeants du groupe de Visegrad (V4) à Cracovie.

WB

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com