Il n’y a pas d’Europe sans la Pologne, les Balkans ou la Roumanie

Le défi pour l’Europe est d’équilibrer le Brexit, et cela peut être fait en resserrant la coopération au sein du Triangle de Weimar entre la Pologne, la France et l’Allemagne, a déclaré au PAP le député français, président du Groupe d’amitié France-Pologne à l’Assemblée nationale Frédéric Petit.

Accélération des relations franco-polonaises

Nous avons récemment accéléré les relations franco-polonaises dans le cadre des visites en Pologne des ministres Franck Riester et Clement Beaune et du vice-Premier ministre Jarosław Gowin, et de la prochaine visite du Premier ministre Mateusz Morawiecki à Paris. Il y a un an, le président Emmanuel Macron était en Pologne

– Rappelle M. Petit.

Malgré la pandémie, nous entamons également une coopération parlementaire, en particulier dans l’agriculture, où nous avons des intérêts communs. Les agriculteurs polonais veulent apprendre des Français comment produire des protéines à partir de cultures non traditionnelles et de cultures végétales et comment produire plus localement et ne pas importer

—Explique un député de la ZN.

L’avenir de l’Europe est l’énergie nucléaire »

Interrogé sur les sujets de la conversation entre Macron-Morawiecki, l’homme politique français a déclaré que:

L’énergie nucléaire est l’avenir de l’Europe. Sans cela, il n’y aura pas de neutralité en matière de CO2 et pas d’indépendance énergétique pour l’UE. Le président français et le Premier ministre polonais en parleront lors de la rencontre.

À l’avenir, les processus de production seront plus intégrés, c’est pourquoi nous avons besoin d’un axe économique, qui peut être Weimar, c’est-à-dire une coopération entre notre État et l’Allemagne

– Ajout du député.

Les Polonais s’intéressent également aux projets militaires franco-allemands, à la construction d’un avion ou d’un char européen. Nous avons également besoin d’une coopération en matière de défense, et pour cela, nous avons besoin d’une meilleure compréhension du soi-disant fantasme du partenaire, c’est-à-dire de ses peurs et de ses idées. Je veux dire les points de vue sur la Russie. En France, nous en savons trop peu sur ces préoccupations de nos partenaires de Pologne ou d’Estonie

– Dit Petit.

READ  Le pape François a fait don de la Lamborghini Huracan à une vente aux enchères. "Papa-lamborghini" vendu pour 715 mille. euro | Nouvelles du monde

Russie

J’ai beaucoup aimé le discours équilibré du Premier ministre Morawiecki sur les relations Russie-Europe et je pense que les discussions à ce sujet peuvent être intéressantes tant pour le Premier ministre polonais que pour le président français.

– Dit Petit.

Il y a des tensions dans les relations franco-polonaises, mais je souligne toujours dans un entretien avec des parlementaires français que la société polonaise est beaucoup plus pro-européenne que la société française, selon les sondages.

—Petit note, ajoutant que les relations franco-polonaises dans le contexte du Brexit sont «à l’épreuve du temps» pour les deux pays.

Dans le cercle de notre gouvernement, il y a des gens qui ne veulent pas d’une coopération étroite avec l’Europe de l’Est, avec la Pologne, mais seulement dans la soi-disant vieille Europe, mais je pense que c’est une vieille pensée et une erreur. Il n’y a pas d’Europe sans la Pologne, les Balkans ou la Roumanie

– Le député souligne.

Lors de la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier, il y a eu également de nombreux conflits entre nous et l’Allemagne, mais nous avons réussi à les surmonter. Je crois qu’il n’y a pas d’Europe sans conflits

– Appelle le politicien.

Je me sens bien à Cracovie, je me sens chez moi là-bas. Je me sens chez moi, en Europe, à la frontière avec la Biélorussie. Les Français se sentent bien en Pologne, et j’ai l’honneur de représenter ces personnes au parlement français

– Fait remarquer le député.

Le député Petit a également évoqué le débat politique en Pologne.

Le débat politique présent en Pologne est un débat sur le passé, comment sortir du communisme, mais les jeunes et la société n’y pensent plus et regardent l’avenir, et l’avenir de l’Europe est une communauté avec la Pologne et de plus en plus de gens en France le comprendre

– Petit résume.

Je crois que 90 pour cent. Les relations franco-polonaises sont des relations économiques et c’est très bien

– souligne Petit, commentant la récente visite du ministre chargé des investissements et manutentionnaire Franck Riester en Pologne.

kk / PAP

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com