décembre 3, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

il s’oppose pour la première fois au déploiement de satellites

Pour la première fois, la NASA s’oppose publiquement au déploiement d’une constellation de satellites en orbite basse.

Le projet Starlink est compromis par la NASA

Le projet Starlink veut promouvoir une très grande constellation de satellites artificiels créée par SpaceX (Space Exploration Technologies Corporation), une société américaine spécialisée dans l’astronautique fondée par Elon Musk.

Le projet Starlink

L’équipe SpaceX aimerait porter un peu plus de 40000 satellites en orbite afin que tout le monde sur Terre puisse accéder à Internet de manière égale. Il s’agirait notamment de proposer Internet dans les régions les plus reculées du monde. De toute évidence, ce projet a interrogé de nombreux scientifiques spécialisés dans le domaine. En effet, ces satellites pourraient augmenter la pollution lumineuse déjà présente, ce qui pourrait notamment perturber la recherche astronomique.

De plus, le ciel tel qu’il est aujourd’hui risque de disparaître à cause de cette même pollution. Aussi, la NASA est là pour déterminer si le projet est bénéfique ou non, et pour délimiter les projets de ce type. La NASA s’est déjà exprimée et a donné son avis sur des projets visant à déployer des satellites en orbite basse.

Une position ferme de la part de la NASA

Samantha Fonder, ingénieure de la NASA, a écrit une lettre pour exprimer son expertise sur le projet de la société AST & Science qui souhaite également réaliser une constellation de satellites en orbite basse. Elle précise notamment que la NASA souhaite atténuer le risque potentiel de collision d’actifs en orbite.

Projet de la société AST & Science
Projet de la société AST & Science

Cela suppose qu’un grand nombre de projets de satellites en orbite basse risquent de menacer l’équilibre des actifs en orbite et est donc dangereux. Outre ce risque de collisions, la NASA s’inquiète de l’altitude visée par le projet. En effet, la constellation risque d’être trop proche d’un ensemble de dix satellites de surveillance de la NASA appelés «A-Train». Il n’est donc pas prudent qu’une constellation de satellites soit déployée à cet endroit.

La NASA déplore également le manque d’expérience de la société AST & Science dans ce domaine. Cependant, le chercheur Raymond Sedwick affirme qu’il est possible de travailler sur la constellation d’AST car pour lui, cette entreprise est excellente en termes de gestion des débris orbitaux. C’est d’ailleurs AST qui selon lui protège la NASA.

READ  L'écran 27 ", 144 Hz et QHD Space Monitor de Samsung est en vente à la Fnac