février 25, 2021

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Je pense que je suis le meilleur toplaneur d’Ultraliga en ce moment – League of Legends

Il y a une année importante devant Jakub “Sinmivak” Rucki. La semaine prochaine, il fera ses débuts pour AGO ROGUE lors de la cinquième saison d’Alior Bank Ultraliga. Les finalistes de cette année sont les favoris pour conquérir la scène de la Vistule. Ce n’est pas étonnant, car après avoir remporté la Coupe d’Europe des Masters l’automne dernier, les attentes envers l’organisation sont énormes. Quelle est la vue de son nouveau toplaner? Entre autres, nous en avons parlé avec Sinmivak.


Mateusz Mitre: Comment est Noël? L’espoir de trop manger à Noël ne vous enlève pas l’appétit de réussir.

Jakub “Sinmivak” Rucki: Noël s’est passé assez calmement. Bien sûr, le repos n’a pas enlevé ma soif de réussite. Je ferai de mon mieux pour gagner cette année car en fait, dans le passé, j’ai toujours raté quelque chose pour être au sommet. Je me reposais, rechargeais mes batteries pour cette année car je sais que cela pourrait être un tournant dans ma carrière.

Pensez-vous que 2021 aux couleurs d’AGO ROGUE soit l’année où vous rejoindrez les meilleurs joueurs de Pologne?

C’est une équipe dans laquelle je peux beaucoup évoluer. Nous avons des joueurs expérimentés et un entraîneur expérimenté. Je sens que je peux vraiment évoluer ici, donc je crois que je jouerai dans le LEC l’année prochaine.

Avant de parler plus spécifiquement de l’avenir, je voudrais évoquer votre épisode au MAD Lions Madrid. Comment évaluez-vous votre performance en Iberian Cup et qu’avez-vous appris de cette période?

Je me souviendrai très positivement de mon aventure en Espagne. C’était ma première grande équipe étrangère et c’est aussi une académie LEC. J’ai senti que les gars avaient une approche différente du jeu et cela a été très utile car j’ai appris beaucoup de choses. Malgré le fait que je n’étais pas là depuis longtemps, j’ai tiré de nombreuses conclusions.

Quant au tournoi lui-même, nous avons réussi à nous rendre en demi-finale, où nous avons malheureusement perdu face aux Giants. Cependant, nous avons réussi à battre les champions d’Espagne, à savoir Movistar Riders, donc je considère cette performance comme un plus.

Eh bien, vous avez déjà été à l’académie du LEC et maintenant vous en faites partie aussi. Comment évaluez-vous les premiers entraînements avec AGO ROGUE? Y a-t-il une différence lorsque votre équipe est soutenue par la ligue européenne la plus importante?

Tout est plus professionnel. Quand on ne sait pas quelque chose, on ne sait pas comment aborder quelque chose, on peut contacter l’équipe principale et ils nous aident toujours.

La formation en elle-même est bien meilleure que l’an dernier. AGO ROGUE est une marque sérieuse aujourd’hui, il est donc plus facile pour nous de trouver de meilleurs partenaires canevas. Nous ne montrons pas le mauvais côté pour eux, donc je pense que les formations veulent aussi rivaliser avec nous. Je peux certainement féliciter la formation jusqu’à présent aussi, et j’ai vraiment hâte de jouer plus.

Vous entraînez-vous avec des équipes polonaises ou avec toute l’Europe?

READ  Retour à l'école. Chef adjoint du ministère de la Santé Gadomski: il ne serait pas optimiste

En général, quand il s’agit de scrims, nous essayons de ne pas les jouer avec des équipes polonaises, donc le moyen le plus simple au monde est de ne pas révéler de tactiques. De plus, il arrive souvent avec nous que les Polonais aiment tout divulguer, et nous essayons de l’éviter.

Pourquoi avez-vous décidé de revenir en Pologne et AGO ROGUE? N’avez-vous pas eu d’offres intéressantes de l’étranger?

En fait, j’ai été un peu surpris car j’avais pas mal d’offres. Ce n’était pas facile de prendre une décision, mais j’ai finalement choisi AGO ROGUE. C’est l’équipe où je pourrai le plus apprendre et en même temps avoir moins de pression sur moi-même par rapport aux autres options.

J’avais des offres de France, d’Allemagne, d’Espagne et j’ai l’impression que la lutte pour les barrages y serait plus difficile qu’en Pologne. D’ailleurs, toutes n’étaient pas des équipes de premier plan, ce qui était hors de question, car cette année je veux commencer à gagner et bien montrer aux EU Masters. Comme je l’ai mentionné, mon objectif à long terme est d’être dans le LEC en 2022. Je pense qu’AGO ROGUE me permettra le plus.

Cette année, nous ne verrons plus Szygenda et iBo en Pologne. Qui considérez-vous comme votre plus grand rival dans la voie du haut alors?

Honnêtement, le niveau au sommet a un peu changé, car par le passé, je pouvais toujours rivaliser avec Szygenda, iBo ou Agresivoo. Maintenant, le niveau est légèrement inférieur. Je trouve étrange d’y penser, mais je pense que je suis le meilleur planeur de l’Ultra League en ce moment. Il y a deux ans, je ne voulais rejoindre aucune organisation et j’étais au fond, et maintenant je ne suis plus un outsider.

MeLoNiK sera le plus gros adversaire. C’est une personne qui peut licencier s’il a les bonnes conditions pour cela. Je ne pense pas que les autres joueurs évolueront beaucoup au cours de l’année. Je pense toujours qu’aujourd’hui il y a des joueurs meilleurs que MeLoNiK, comme Kackos. Cependant, ils ne se développeront pas aussi vite que le temps passe.

Le voyez-vous comme un moins ou un plus? D’une part, vous avez ce confort et ce prestige, d’autre part, si vous ne jouez pas pour mieux, vous n’apprendrez pas grand chose.

Ce sera définitivement bizarre et j’essaierai de rester motivé. Comme vous le dites, j’apprends le plus des matchs officiels, donc en supposant que je joue contre les outsiders, il sera difficile de tirer autant de conclusions que par le passé. Je vais devoir me concentrer fortement sur l’entraînement, car nous jouons toujours avec des équipes très fortes, contre des toplaners forts et je tirerai probablement le meilleur parti de ces matchs.

photo: ESL / Adam Łakomy

Que pensez-vous du changement du format Ultraliga lui-même?

C’est assez intéressant. À mon avis, cela donnera à la ligue une nouvelle dynamique. Maintenant, avec cinq formations se qualifiant pour les séries éliminatoires, ce combat sera beaucoup plus difficile. Dans le passé, quand il y avait six places, il y avait généralement une différence de victoire entre les trois dernières équipes. Maintenant, la concurrence devrait être plus rude. De plus, un tel format devrait être plus attrayant pour le spectateur.

Ce sera votre troisième saison consécutive de l’Ultraliga en tant que joueur principal de votre équipe. Êtes-vous déjà un vétéran de la scène?

C’est bizarre de tout voir. Je n’ai que 19 ans, mais je joue déjà un peu sur la scène polonaise. Je ne sais pas si je suis un vétéran parce que c’est difficile pour moi de m’appeler ainsi, puisque je n’ai rien gagné, parce que je n’ai jamais été au plus haut niveau. Je suis expérimenté, mais il y a encore beaucoup à apprendre et beaucoup d’espace à montrer.

Maintenant, ce sera vraiment la plus grande pression que j’aie jamais eue parce que nous devrions gagner. Dans le passé, je n’ai réussi à faire cela qu’en remplaçant avec devils.one et je veux construire l’équipe à partir de zéro, en faire partie intégrante et élever la coupe en équipe.

Alors je comprends que vous vous sentez comme les favoris pour tout obtenir dans l’arrière-cour polonaise?

Absolument. «Sur papier» avec K1ck, nous sommes les deux formations les plus fortes avant le début de la saison. On ne sait pas comment ce sera quand la saison commencera réellement. Il est possible que l’iHG ou la pompe se déclenche. Par conséquent, je ne veux pas promettre que nous gagnerons, je ne veux pas nous mettre une pression inutile. Nous ferons de notre mieux à coup sûr.

Il en va de même pour les EU Masters. Nous ne pouvons pas promettre que nous gagnerons. Mais je peux promettre aux téléspectateurs que nous y travaillerons également très dur. Je dis cela à la fois en notre nom et probablement au nom de K1ck et de la troisième équipe qualifiée.

Vous avez mentionné iHG et Pump. Je suppose que ce sont à votre avis deux organisations qui peuvent menacer votre hégémonie et K1ck?

Honnêtement, c’est difficile à juger. Il y avait toujours deux équipes les plus fortes en Ultraliga, qu’il était impossible de menacer. Aux troisième et quatrième places, il y avait toujours des équipes qui se disputaient, mais qui n’avaient aucune chance pour le top 2.

Dans le cas d’iHG et de Pompa, les deux peuvent vraiment se développer. La pompe a un excellent personnel d’entraîneurs, une rookie botlane mais très douée en mécanique. Warszi est également en train de grimper tout le temps et pourrait avoir une saison décisive cette année. Le haut de la carte est également très solide.

Illuminar a fait un changement, très intéressant. Je pense que Czajek peut mener toute la formation à la victoire et c’est principalement autour de lui et de MeLoNiK que leur jeu va tourner.

Nous avons couvert la compétition, alors passons à AGO ROGUE lui-même. Au milieu, vous avez Chresa (Sencux) qui a beaucoup d’expérience. Après tout, il est apparu aux Mondiaux sous les couleurs de Splyce.

Je ne savais pas à quoi m’attendre de lui. Dans le passé, comme vous le dites, il jouait incl. sur les Mondiaux, ainsi que dans les LCS EU. Quand j’ai joué mes premiers matchs de combat avec lui, tous mes doutes ont été dissipés. Il a de l’expérience dans la navigation sur la carte, sait comment discuter correctement des jeux. De mon point de vue, une telle personne sera toujours utile dans une équipe. Personnellement, cela m’aide aussi beaucoup en termes de développement, à rattraper mes erreurs que je ne vois pas.

Chres est doué à plusieurs niveaux. Il peut jouer mécaniquement, sait se comporter sur la ligne et dans les étapes ultérieures du match. À mon avis, il est également le meilleur midlaner d’Ultraliga. Bien sûr, il est difficile de juger sans jouer à des matchs officiels, mais sur la base de l’entraînement, je suis sûr que toute notre formation est forte individuellement.

Dans AGO ROGUE, vous jouerez également aux côtés de Pyrka. Comment voyez-vous la prochaine saison de travail avec lui?

Je suis très heureux de pouvoir jouer avec lui pendant une autre année. Personnellement, 2020 a été formidable pour moi. Nous nous entendions bien dans l’alignement, donc nous passions encore du temps ensemble.

Cette année, Pyrka et moi pouvons beaucoup évoluer sous la supervision de joueurs expérimentés et d’entraîneurs que nous avons. Je mentionnerai également être à nouveau une académie du LEC. Nous pouvons toujours regarder les formations Rogue et poser des questions sur certains problèmes. J’ai hâte de voir les progrès que Pyrek et moi avons réalisés cette année. J’espère sincèrement avoir toute notre liste dans le LEC en 2022.

Attendez-vous en quelque sorte surtout des rivalités avec Bruness et Czajek? Après tout, vous étiez dans un groupe jusqu’à récemment.

Il y aura certainement une motivation supplémentaire pour triompher d’eux. En même temps, je ne ressens pas le besoin de les dominer car, comme je l’ai dit, ce sont de très bons amis à moi et je leur souhaite le meilleur. L’année dernière, nous avons vécu des moments de joie, de tristesse, nous avons adoré passer du temps ensemble. Nous n’étions pas seulement une équipe, mais un bon groupe d’amis. J’espère que nous nous rencontrerons tous à EU Masters cette année.

Suivez le joueur sur Facebook – Jakub “Sinmivak” Rucki

Suivez l’auteur sur Twitter – Mitre de Mateusz