octobre 22, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

“Je suis mort avec lui”, le deuil impossible des proches des victimes de l’Hyper Cacher

Depuis lundi, la cour d’assises spéciale enquête sur la prise d’otages de l’Hyper Cacher – ERIC FEFERBERG / AFP

  • Quatorze personnes ont été jugées depuis le 2 septembre par la cour d’assises spéciale, soupçonnées d’avoir porté assistance aux frères Kouachi et à Amédy Coulibaly.
  • Le 9 janvier 2015, alors que les frères Kouachi prenaient en otage le directeur d’une imprimerie et son employé à Dammartin-en-Goële, Amédy Coulibaly sème la terreur dans un supermarché caché près de la porte de Vincennes.
  • Quatre hommes seront tués par le terroriste.

A la cour d’assises spéciale de Paris,

La mère de Yohan Cohen ignore les circonstances de la mort de son fils aîné depuis cinq ans et demi. Cinq ans et demi depuis que son mari, Eric, lui assure que le 9 janvier 2015, les ballesAmédy Coulibaly l’a tué sur le coup, à l’entrée du
Hyper Hide de la porte de Vincennes. “Mais je sais qu’il a souffert”, souffle le père de famille, accroché au bar du
cour d’assises spéciale qui juge les attentats de janvier 2015. Pour la protéger, il a tué le fait que la balle qui l’a frappé au visage ne l’a pas tué instantanément. Que leur fils de 20 ans, alors gardien d’entrepôt, soit mort pendant plus d’une heure avant que le terroriste ne l’attaque une seconde fois. «Cette facilité qu’il a eue à prendre la vie de mon fils et de trois autres personnes, je ne le pardonnerai jamais», dit-il. Sa voix calme trahit une colère froide. «Pourquoi cette haine du juif? Je n’arrive toujours pas à comprendre. “

Ce petit supermarché de quartier a beau être un signe casher, la question des religions ne s’est pas posée, selon l’ancienne collègue et amie de Yohan Cohen, Lassana Bathily. Qu’il soit musulman ou non, “tout le monde se respectait”. Dehors, cependant, certaines habitudes de son ami le surprennent: pourquoi retourne-t-il systématiquement des sacs plastiques pour cacher le nom de l’enseigne? Pourquoi cache-t-il sa kippa sous sa capuche? “Je lui ai dit” arrête, il ne t’arrivera rien “…” Yohan Cohen sera là. première victime d’Amédy Coulibaly Ce jour là.

Lorsque Zarie Sibony a entendu la détonation, le jeune caissier, au visage maigre et aux longs cheveux noirs, scannait une boîte de poulet congelé. Comme toujours dans les affaires de terrorisme, l’horreur surgit dans la banalité de la vie quotidienne. Cachée sous sa caisse, elle entend Amédy Coulibaly demander le nom d’un client, Philippe Braham, avant de l’abattre froidement. Elle croit d’abord à un vol, propose le contenu de sa boîte. “Pensez-vous que je suis ici pour l’argent?” le Frères Kouachi et moi, nous faisons partie de la même équipe, nous nous sommes séparés en deux », le frappe le terroriste.

“Je suis monté, seul, le ballon, dans le ventre”

Amédy Coulibaly ne le cache pas: il déteste les juifs, «qui aiment trop la vie». Au bar, la jeune femme, qui vit en Israël depuis l’attaque, raconte presque minute par minute cette porte fermée étouffante, dans laquelle chacune de ses décisions implique sa vie et celle des autres. Que faire quand aucun des otages cachés dans le sous-sol ne veut monter, comme ordonné par le terroriste? “Je suis monté, seul, une boule au ventre …” Amédy Coulibaly l’épargne mais lui ordonne d’aller fermer le magasin. Alors qu’elle tire le rideau de fer, un homme se présente. «Non, non, monsieur, n’entrez pas», mime-t-elle au stand. Michel Saada insiste, promet d’être rapide. Le terroriste l’abat avant qu’il n’ait le temps de se retourner. «Peut-être que si j’avais fermé la porte plus vite…» lâcha Zarie Sibony, des sanglots étouffants. Quelques minutes plus tard, le terroriste tue Yoav Hattab, 21 ans, après que le jeune homme ait saisi une arme. «Nous y pensions tous, mais nous n’avions pas le courage. “

Aux commandes, le père de la victime, à l’époque grand rabbin de Tunis, confie sa fierté dans le geste de son fils. «Il a essayé de sauver ses frères. Comme les proches des autres victimes, il raconte avoir survécu pour ses autres enfants. «Sans eux, je serais devenu fou. “Le 9 janvier 2015, l’univers de Valérie Braham, chemisier blanc et longs cheveux noirs de jais, s’est également” effondré “. Ce jour-là, son mari, Philippe, père de leurs trois jeunes enfants, n’aurait jamais dû être à l’Hyper Cacher. La veille, il était déjà allé faire du shopping mais avait oublié certains articles de la liste. “Alors je lui crie un peu dessus.” Ça va, je rentre “.” Pas besoin, je m’en passerais “. Mais pas pour me vexer… Peut-être que si je n’avais rien dit… », sa veuve sanglote, incapable de contenir son sentiment de culpabilité. Après un après-midi interminable d’attente, elle apprend qu’il fait partie de la liste des victimes.« Il était mon pilier, je suis mort avec lui. Aujourd’hui, je ne vis que pour mes enfants. “

“Les gens ont repris le cours de leur vie”

Droit comme un «i», les deux mains accrochées au bar, elle raconte des nuits blanches, des matins difficiles où il faut donner «l’image d’une mère forte», la peur panique d’emmener ses enfants au parc. ou anniversaires. Son départ en Israël – comme trois des quatre familles des victimes – n’a pas dissipé ses craintes. «Les gens ont repris le cours de leur vie, ils ont leurs enfants, ils sont retournés travailler. J’ai essayé, une, deux fois… ». Comme elle, Laurence Saada l’a fait alya après l’attaque. Avec son mari, Michel, ils ont nourri ce projet pour leur retraite. Sa mort a précipité les choses. Ce jour-là, il a arrêté d’acheter des petits pains pour le Shabbat en se rendant à son club de bridge. «Cela fait plus de cinq ans que chaque vendredi – il y en a eu 297 – je regarde à nouveau le film», écrit-elle dans une lettre lue par son frère. Elle n’a pas eu la force de retourner devant la cour d’assises, de déposer à quelques mètres du box des accusés. Avant de lire la missive, son frère veut s’adresser à eux. «Dans la vie, il faut choisir ses amitiés, les embarquer», explique-t-il doucement. Si nous vendons une mitrailleuse ou une grenade, ce n’est pas pour faire du shopping… »



297

actions

READ  Etats-Unis: Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris, premier colistier noir