décembre 1, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

l’ancienne filiale de Free écope d’une amende de 25000 € pour infraction d’entrave au comité d’entreprise

«Affaire» Mobipel: l'ancienne filiale de Free écope d'une amende de 25 000 € pour infraction d'entrave au comité d'entreprise

Conclusion d’une affaire qui avait fait sensation à la suite d’un programme de Cash Investigation.

Ce n’est certainement pas le jour du Free, pour lequel on vous l’a dit ce matin qu’il avait été condamné à payer 330 000 € à Altice, pour avoir continué à diffuser BFM TV et RMC sans accord. Ce soir Le Figaro rapporte que Mobipel, l’ancien centre d’appels de Free, a été condamné à une amende de 25000 €, suite à la décision du tribunal correctionnel de Nanterre, «Pour ne pas avoir informé les représentants du personnel de sa volonté de réduire significativement les effectifs de l’entreprise.» A cela s’ajoute la condamnation d’Angélique Gérard, directrice de la relation abonné de Free, à une amende de 5 000 €.

A l’inverse, la Cour a acquitté l’ancienne filiale de Free of «Accusations du délit d’entrave concernant l’information et la consultation du comité d’entreprise sur le projet de vente de l’entreprise au groupe italien Comdata, vente réalisée en 2018».

C’est donc l’épilogue de cette affaire qui avait été mis en évidence par Cash Investigation en 2017. La diffusion de France 2, sur la base des témoignages de certains syndicats, avait mis en évidence une diminution des effectifs de ce centre d’appel. Les syndicats avaient commandé une étude montrant une réduction de 60% des effectifs entre 2014 et 2017, qui montrait ” licenciements disciplinaires massifs “Dans le cadre d’un” logique de réduction des effectifs non supposée ».

Le Figaro rapporte que «L’avocat de Mobipel avait assuré que la CE avait été informée depuis 2014 à chaque réunion sur l’emploi et avait évoqué une« hémorragie »de départs liée entre autres selon lui au« turn-over »inhérent aux centres d’appels. “

Merci à Alexis

READ  le gouvernement tente d'apaiser la colère des libraires