Le gouvernement français a approuvé une aide gigantesque à Renault

L’entreprise Renault recevra 5 milliards d’euros de la France dans le cadre d’un prêt garanti par l’État. Il a été approuvé le 2 juin par le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire.

  • Le gouvernement français a jusqu’à présent subordonné l’octroi du prêt Renault au plan de redressement de l’entreprise
  • Au final, il a estimé que les garanties exigées de Renault pour les salariés de l’usine de Maubeuge étaient suffisantes
  • Le souci est de recevoir un prêt de 5 milliards d’euros de l’Etat

Dans le cadre du plan d’économies de 2 milliards d’euros que Renault a présenté le 29 mai, la société entendait notamment déplacer la production Modèle Kangoo de l’usine de Maubeuge à l’usine de Douai.

Négociations chez Renault

“Aucune décision ne sera prise concernant le transfert d’activités, jusqu’à ce que le plan soit approuvé par tous“- a rapporté le ministère français de l’Économie.

Les négociations entre les représentants des travailleurs et la direction de Renault, ainsi que les gouvernements locaux, commenceront dans la deuxième semaine de juin.

Plan d’épargne

Le plan d’économies du Groupe Renault suppose exemption d’environ 15 000 personnes dans le monde, dont 4,6 mille. En France. Les plans de restructuration comprennent six usines en France.

L’activité commerciale et l’emploi dans la région de Maubeuge seront maintenus jusqu’en 2023, a assuré le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand mardi 2 juin après une rencontre avec Le Maire, la direction de Renault et les syndicats.

Action de protestation

Mardi, pour protester contre la fermeture de leur usine, Les ouvriers Renault de l’usine de Choisy-le-Roi ont annoncé la grève des syndicats FO, CFDT, CGT, CFE-CGC.

READ  La France et les États-Unis se battent pour le génie de 17 ans. Il devait s'enfuir

200 salariés sur 262 employés dans les usines de Choisy-le-Roi participent à l’action de protestation. Renault possède 14 usines en France.

Les syndicats ont exigé un entretien avec le président de Renault, Jean-Dominique Senard. Selon eux, la grève à Choisy-le-Roi est une introduction aux actions de protestation de masse dans toutes les usines de la société.

Senard dans une interview aux médias français a déclaré dimanche qu’il n’avait pas l’intention de fermer des usines en France, mais seulement de les restructurer. Il a également suggéré que les usines d’autres pays seraient fermées.

Des actions de protestation ont débuté en France le samedi 30 mai.

BON À SAVOIR:

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com