Le patron de la SNCF estime qu’il faudra “environ deux ans” pour retrouver le trafic d’avant crise

La SNCF mettra “Environ deux ans” pour retrouver son niveau de trafic avant la crise sanitaire, a déclaré Jean-Pierre Farandou, PDG du groupe ferroviaire français, dans un entretien quotidien Les échos, publié le jeudi 17 septembre. “Les courbes [de trafic] redémarrer, mais à une vitesse lente “, dit le patron de la SNCF pour qui “Il y a encore des traces de la crise du Covid-19”.

«L’été s’est bien passé, mieux que ce à quoi nous nous attendions initialement mais nous sommes un peu plus inquiets pour les clients professionnels, qui représentent normalement 15% de nos clients et 30% de notre trafic TGV Inoui, mais plus en termes de contribution», explique-t-il dans la vie économique quotidienne.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi “Avant de relancer le chemin de fer, commençons par le sauver”

“Nous manquons de générateurs de trafic comme les grands salons professionnels, et le télétravail nous prive d’environ 10 à 15% de clients professionnels”, poursuit-il, déplorant également une baisse de “30 à 40% par rapport à la normale” Trafic TER (transport express régional).

Un changement dans la politique tarifaire proposée

Interrogé sur la politique tarifaire du groupe ferroviaire, M. Farandou a admis un problème concernant le TGV perçu comme un moyen de transport «Cher».

«Cet été, nous avons vendu 4 millions de billets à bas prix. Mais certains de nos clients qui achètent leurs billets à la dernière minute les jours de grands départs n’ont pas accès à nos meilleurs tarifs. Nous devons penser à changer notre politique de prix, qui est plus simple. “

«Dans les années 1990, avec l’essor du TGV, nous avons mis fin à la tarification au kilomètre, pour nous inspirer du modèle de la compagnie aérienne en modifiant nos prix selon des algorithmes qui étudient l’offre et la demande. Aujourd’hui, nous devons imaginer une nouvelle méthode de tarification plus lisible “, il ajouta.

READ  Espoir d'un vaccin, victoire de Biden, double vainqueur pour Wall Street

Ce site prendra “Six mois à un an”, a précisé le numéro un de la SNCF qui souhaiterait faire du groupe “L’une des entreprises les plus appréciées, les Français et les cheminots”.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La crise sanitaire gonfle la dette de la SNCF qui dépasse les 38 milliards d’euros

Le monde avec l’AFP

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com