octobre 29, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Les États-Unis activent une procédure controversée à l’ONU pour rétablir les sanctions contre l’Iran, le ton monte avec les Européens

Les Etats-Unis, contre l’avis de Paris, Berlin et Londres, ont déclenché une procédure pour exiger le rétablissement de toutes les sanctions internationales contre Téhéran, accusé de ne pas avoir respecté ses engagements sur l’énergie nucléaire.

Les tensions se sont fortement intensifiées jeudi 20 août entre les États-Unis et leurs partenaires européens au sujet de l’énergie nucléaire iranienne. LLe ministre américain des Affaires étrangères, Mike Pompeo “notifié au Conseil de sécurité” une “non-respect important par l’Iran de ses engagements” prévu par le texte de 2015 censé empêcher Téhéran d’acquérir la bombe atomique.

Prétendant avoir “Pas d’autre choix”, en particulier pour prolonger l’embargo sur les armes classiques, qui vise le pays mais expire en octobre, Mike Pompeo a donc officiellement activé une procédure onusienne controversée pour exiger le rétablissement de toutes les sanctions internationales contre Téhéran.

Mais Paris, Londres et Berlin n’ont pas soutenu cette initiative. “Nous restons attachés à la JCPoA [le traité sur le nucléaire iranien de 2015] malgré les défis majeurs engendrés par le retrait des États-Unis “ et “Nous sommes convaincus que nous devons aborder la question du non-respect systématique par les Iraniens de leurs engagements au titre du JCPoA à travers un dialogue entre les participants à l’accord. “, ont déclaré les trois pays. “Nous exhortons l’Iran à annuler toutes les actions incompatibles avec ses engagements nucléaires et à revenir sans délai au respect total”., ont-ils également souligné.

Le ministre américain des Affaires étrangères, Mike Pompeo, a répondu en accusant les Européens d’avoir “choisi pour s’aligner avec les ayatollahs” Iraniens plutôt que d’honorer leur alliance avec les États-Unis.

READ  Covid-19: un manifestant anti-masque espagnol hospitalisé dans un état grave

La semaine dernière, Washington a subi un revers retentissant au Conseil de sécurité des Nations unies, lorsqu’un seul autre pays a voté en faveur de son projet de résolution visant à prolonger l’embargo. Les Européens se sont abstenus, critiquant le gouvernement de Donald Trump pour ne pas avoir vraiment recherché un compromis avec la Russie et la Chine, qui disposent d’un droit de veto.