Les moyens français de s’endetter: reporter, annuler, rembourser immédiatement | Allemagne – politique allemande actuelle. Actualités DW en polonais | DW

La dette publique de la France est estimée à 150 milliards d’euros. En 2021, cela représentera 122,4% du revenu national. Cette somme apocalyptique est une conséquence des coûts résultant de la pandémie qui sévit en France depuis mars de l’année dernière et des restrictions qui y sont liées – quarantaines, couvre-feu, restrictions au commerce, tourisme, gastronomie et coûts de traitement. Dans le seul secteur hôtelier, les revenus ont chuté de 74%. Certains propriétaires d’hôtels essaient de les louer pour des bureaux, mais c’est une minorité négligeable. Selon les données officielles, la plupart des 18 000 hôtels français qui emploient plus de 20 000 personnes sont au bord de la faillite. De plus, tous les restaurants ne peuvent pas être sauvés en vendant à emporter. Pendant ce temps, il y a plus de secteurs de l’économie en France qui ont un besoin urgent d’aides d’État.

Racheter

Cette position est représentée par l’extrême gauche, dirigée par Jean-Luc Melanchon et le leader communiste Fabien Roussel. Selon eux, une telle démarche “ne coûterait pas un seul euro”. Les représentants socialistes Benoit Hamon et Arnaud Montebourg sont du même avis. Hamon dit que “les banques sont bien conscientes que la dette ne sera jamais payée”. Montebourg, qui avance des arguments à caractère “humanitaire”, souligne qu ‘”il est humainement impossible de rembourser la dette”. De son côté, l’une des figures de proue du mouvement environnemental, Yannick Jadot, estime que “avec les taux d’intérêt actuels, le débat sur le remboursement de la dette est hors de propos et hors du temps”. Il existe également une perception commune au sein de son groupe selon laquelle «l’endettement n’est pas un problème».

READ  Tesla Model 3: son nouveau coffre avant plus petit cacherait une bonne nouvelle

Reportez le remboursement à plus tard

Parmi les partisans de cette option, la militante du parti socialiste et la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui est favorable au remboursement de la dette, mais “divisée en versements à long terme”. François Bayrou, le chef des centristes, le parti Modem, propose des solutions très spécifiques. À son avis, dix ans devraient être accordés à l’économie pour se remettre du choc dans lequel elle se trouve en raison de la pandémie. «Et puis il faut rembourser la dette en l’étalant sur, disons, 30 à 50 ans», estime Bayrou. Le représentant du parti républicain de droite d’opposition, Guillaume Peltier, soutient que “l’argent public doit être séparé du reste du budget, et ainsi la dette devient un phénomène permanent et à long terme”. Cependant, lui aussi est un partisan du remboursement de la dette. Son collègue du parti, l’ancien ministre de l’Economie François Baroin, soutient la position de Peltier, qui explique qu’il est favorable à une telle solution car la dette résultant de la pandémie est “une dette de guerre”. Jordan Bardella, un activiste d’extrême droite de l’ancien Front national, l’Union nationale, considère également la propagation juste et logique de ce processus sur de nombreuses années.

Payez immédiatement

Le président Emmanuel Macron, chef du gouvernement Jean Castex, mais aussi une militante républicaine charismatique, Valérie Pécresse, présidente de la région capitale Ile-de-France, soutiennent sans aucun doute une telle solution. Selon Macron, “la dette sera successivement remboursée par les plus grandes entreprises internationales grâce au système fiscal européen, que nous mettrons progressivement en place”. Le Premier ministre Castex a résumé le problème de manière succincte mais ferme: “nous rembourserons cette dette”. Valérie Pécresse, de son côté, souligne que «ce serait une déception de croire qu’une dette pourrait être rayée d’un trait de plume». Gérard Larcher – Président du Sénat, Eric Woerth, président de la commission des finances à l’Assemblée nationale, et Bruno Retailleau, qui dirige le club républicain au Sénat, estiment également que le remboursement de la dette est absolument nécessaire.

READ  Les séries sur les braquages ​​sur Netflix sont les plus grands succès du site

À leur tour, les médias français se posent une question rhétorique, qui doit être impliqué dans le remboursement de la dette, ou, comme le veut Emmanuel Macron, les grandes entreprises ou l’ensemble de la société? Les autorités assurent fermement que “ce fardeau ne retombera pas sur les épaules des contribuables”.

Aimeriez-vous faire des commentaires sur cet article? Faites-le sur Facebook! >>

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com