octobre 22, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

les restrictions sont disponibles, territoire par territoire

Les mesures restrictives annoncées mercredi soir par le ministre de la Santé, Olivier Véran, sont sur le point d’entrer en vigueur. Ils sont répartis territoire par territoire, selon leur classement en «zone d’alerte maximale» (Aix-Marseille et Guadeloupe) ou en zone d’alerte renforcée (onze métropoles, dont Paris et la petite couronne).

Lire aussi Coronavirus: zones d’alerte, bars, fêtes … Ce que l’on sait des nouvelles restrictions

Selon les données publiées vendredi soir 25 septembre par Santé publique France, la France a enregistré 15 797 nouveaux cas de Covid-19, confirmant la forte tendance à la hausse après le record de la veille (16096 cas). Au cours des vingt-quatre dernières heures, 56 personnes sont mortes de la maladie, soit quatre de plus que la veille. La part des patients parmi les testés (le taux de positivité) continue également d’augmenter: il est de 6,9%, contre 6,5% jeudi et 6,2% mercredi.

Sur les sept derniers jours, 4 069 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées, dont 747 cas graves en réanimation, soit 29 de plus que la veille. En outre, 1125 centres de circulation de l’épidémie, ou clusters, font l’objet d’une enquête, soit plus de 94 en vingt-quatre heures. L’agence sanitaire a averti vendredi que l’épidémie était “Toujours dans une phase ascendante” et a invité les Français à rester “Prudent” au cours des prochaines semaines, “Presque tous les indicateurs [étant] en hausse “.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19: après l’annonce de nouvelles restrictions, pluie de critiques sur le gouvernement
  • A Aix-Marseille, bars et restaurants fermés “à partir du dimanche soir”

La mesure de fermeture totale des bars et restaurants de la métropole Aix-Marseille sera mise en œuvre “Du dimanche soir”, a annoncé vendredi le président (Les Républicains) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier. Il s’adressait à la presse après une rencontre en préfecture avec des élus et le ministre de la Santé, Olivier Véran, en visite à Marseille, où l’annonce de ces prochaines fermetures a déclenché un tollé. “Ce sont des avancées significatives”, a salué le président de la région dans un communiqué de presse, faisant également référence “Une clause de révision (…) dans sept jours pour faire le point et réévaluer la situation “.

Le gouvernement a placé mercredi Marseille, qui détient le record de France métropolitaine du taux d’incidence le plus élevé de la maladie (à 281 cas pour 100000 selon les autorités), en “Zone d’alerte maximale”. Il avait annoncé pour la métropole Aix-Marseille la fermeture totale des bars et restaurants pour une quinzaine de jours à partir de samedi, mais ce sera finalement dimanche.

READ  Le Premier ministre japonais Shinzo Abe démissionne pour des raisons de santé

“Nous ne pouvons pas nous permettre de tergiverser” : en visite à Marseille, où élus et restaurateurs ont accueilli avec colère ces nouvelles restrictions annoncées sans concertation selon eux, Olivier Véran a défendu les annonces vendredi ” obligatoire “ plus “Pas arbitraire”. “Je suis parfaitement conscient que certaines des mesures font débat (…), susciter des inquiétudes, des questions, voire de la colère », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à l’hôpital public de Timone.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19: Marseille se révolte contre “l’affront” des nouvelles restrictions liées à l’épidémie
  • A Paris, les piscines restent enfin ouvertes, les manifestations autorisées

Classées en zone d’alerte renforcée, Paris et la proche banlieue se verront imposer, dès samedi, de nouvelles mesures restrictives pour faire face à la recrudescence du Covid-19. Le préfet de police, Didier Lallement, a publié vendredi un arrêté fixant ces mesures à deux semaines.

A partir de samedi, aucun événement de plus de 1000 personnes ne peut y avoir lieu. Les rassemblements de plus de dix personnes seront interdits sur la voie publique, dans les parcs, jardins et bois. Cependant, cette interdiction “Ne s’applique pas aux manifestations à caractère protestataire, qui doivent néanmoins être déclarées à la préfecture”, précise la préfecture dans un communiqué. Les salles de sport et les gymnases seront fermés. Mais les piscines, couvertes ou non, et les terrains de sport extérieurs “Restera ouvert dans les conditions habituelles”, indique la préfecture, après des informations contradictoires.

A partir du lundi, les bars seront fermés de 22h à 6h. Cette mesure ne s’applique pas aux restaurants, “Qui peut rester ouvert, à condition qu’un protocole sanitaire strict soit respecté”. La vente à emporter de boissons alcoolisées et la consommation d’alcool sur la voie publique seront également interdites à ces heures.

Ces nouvelles restrictions posent notamment la question du maintien ou du développement de l’événement Nuit Blanche. L’événement, prévu pour le 3 octobre, devait inclure vingt installations dans les musées de la ville et quarante-deux autres propositions culturelles, et ciblait des milliers de visiteurs. Peut-il être maintenu sous les nouvelles règles? “Toutes les options sont sur le bureau du maire”, dit l’un à la mairie.

De son côté, le ministère des Sports a indiqué que, dans les zones d’alerte renforcée, les gymnases et les piscines peuvent rester ouverts aux mineurs pratiquant le sport dans les clubs et associations. L’équipement sera également ouvert aux athlètes de haut niveau et aux étudiants de Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives). Des discussions devraient avoir lieu entre les mairies et les préfectures pour le développement de ces mesures.

Tous les élèves français continueront de suivre des cours d’éducation physique et de sport, a assuré le ministère de l’Éducation nationale à l’Agence France-Presse (AFP). “Lorsqu’il y a un gymnase dans l’enceinte d’un établissement scolaire, les cours d’EP peuvent continuer à y avoir lieu conformément au protocole en vigueur”, a déclaré l’entourage du ministre, Jean-Michel Blanquer. Des discussions sont toujours en cours sur les leçons qui ont lieu dans un gymnase en plein air, dirigé par exemple par une communauté. Le public scolaire peut-il continuer à utiliser le gymnase? Un décret fournissant de plus amples détails est attendu dans les quarante-huit prochaines heures, selon le ministère. Quoi qu’il arrive, les cours d’EP se poursuivront au sein de l’établissement ou à l’extérieur, nous assure-t-il.

1 152 classes et 19 structures scolaires sont actuellement fermées en raison de cas de Covid-19, a également annoncé le ministère de l’Éducation nationale, des chiffres en baisse par rapport à ceux de la semaine dernière. Un nouveau protocole allégé, basé sur un avis du Haut Conseil de la Santé Publique, a été mis en place la semaine dernière dans les écoles, dans le but de limiter les fermetures. Il y a quelques jours, les derniers chiffres officiels faisaient état d’environ 2 000 classes et 90 écoles fermées.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19: vers un assouplissement de la définition des cas de contact à l’école

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le monde avec l’AFP