L’État lance un nouveau fonds pour les épargnants pour investir dans les PME

Ce fonds commun de placement sera investi dans 1 500 PME et start-up. Le ticket d’entrée minimum sera de 5 000 euros.

Un nouveau fonds pour les épargnants pour aider les PME à sortir de la crise. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé mercredi le lancement d’un fonds pour inciter les Français à investir leur épargne dans les PME françaises, affirmant “une forme de patriotisme économique” en ces temps de crise.

Ce FCP, qui sera géré par Bpifrance, sera ouvert à la souscription à partir de jeudi et permettra d’investir (indirectement) dans un portefeuille de 1500 PME et start-up «majoritairement françaises et non cotées», a précisé le Ministère des finances et la banque publique dans une déclaration conjointe. Ce fonds de private equity aura une taille de 95 millions d’euros.

Baptisé «BpiFrance Entreprises 1» (ou BE1), il répond à la volonté du gouvernement de drainer l’excédent d’épargne accumulé depuis mars vers les entreprises qui, de leur côté, doivent renforcer leurs fonds propres dans le contexte de crise.

5000 euros minimum

“Je veux les inciter à diversifier leurs investissements. (…) Nous avons économisé près de 90 milliards d’euros, alors ils (les Français, ndlr) ont rempli leur Livret A, leur Livret Développement Durable, leur assurance vie. (.. .) Demain, nous leur fournissons un nouveau produit qui est un fonds d’investissement dans les PME françaises », a détaillé ce mercredi matin sur LCI Bruno Le Maire.

“C’est totalement nouveau, c’est la première fois qu’un pays d’Europe propose à ses compatriotes d’investir dans leurs PME”, a assuré Bruno Le Maire, assumant une “forme de patriotisme économique”.

Au moyen d’un «ticket d’entrée minimum» de 5 000 euros, les épargnants sont invités à «aider les PME à se développer sur l’ensemble du territoire», que ce soit «à Nantes, Lille, Sélestat ou Biarritz». Si l’argent est “bloqué pendant cinq ans”, ce produit offre “une rentabilité supérieure à celle d’un Livret A”, a-t-il souligné, sans cacher cela, bien que la variété du portefeuille “diversifie le risque”, “dans ce type de investissement le capital n’est pas garanti “.

READ  Daniel de "Klan" a abandonné le théâtre et le spectacle. Tu ne devineras pas ce qu'il fait maintenant

Bpifrance précise que ce fonds est composé d’actions détenues dans 145 fonds de private equity français (eux-mêmes investissant cumulativement dans plus de 1 500 sociétés) dans lesquels la banque publique investit depuis 15 ans. L’année de création des fonds du portefeuille se situe entre 2005 et 2016 (inclus) avec une moyenne pondérée (en poids dans le total des actifs) en 2012. La souscription à ce nouveau FCP peut se faire depuis le site 123-im.com. Il sera également diffusé par les réseaux bancaires, d’assurance et de gestion de fortune.

>> Partenariat BFM Business: découvrez une nouvelle façon d’économiser avec Corum

«La souscription au fonds« Bpifrance Entreprises 1 »sera réservée aux personnes physiques résidant fiscalement en France. Le montant minimum de souscription est de 5 000 euros par personne et la durée de vie du fonds« Bpifrance Entreprises 1 »est de 6 ans, prorogeable d’une année de plus », a ajouté le communiqué.

Un tel fonds, destiné aux particuliers, d’une durée de vie de six ou sept ans donc, sera lancé chaque année, a déclaré par la suite le directeur général de la banque publique, Nicolas, lors d’une conférence de presse en ligne. Dufourcq. En effet, “en cas de succès commercial du Fonds, il est prévu de lancer un fonds successeur, Bpifrance Entreprises 2, qui pourrait prendre le relais du Fonds à l’issue de la période de souscription”, détaille Bpifrance.

«On est dans un monde», le private equity, «où l’on investit normalement un minimum de 100 000 euros», a déclaré Nicolas Dufourcq, ajoutant que l’objectif était d’attirer des dizaines de milliers d’abonnés. Les souscriptions ne peuvent être effectuées que jusqu’au 30 septembre 2021. A noter également qu’une commission de 2% des sommes investies s’appliquera à partir du 1er avril 2021.

5% à 7% de rentabilité comme objectif

La rentabilité visée, mais qui n’est pas garantie, est de l’ordre de 5% à 7% par an, et si l’investisseur décide de bloquer ses fonds pendant cinq ans, ce qui peut aller jusqu’à 95000 euros pour une personne, il verra ses plus-values ​​exonérées à la sortie. L’épargnant notera que le produit est risqué, avec un indicateur de risque de 7 sur une échelle de 7 (et la possibilité de perdre la totalité de sa mise initiale).

READ  En Suisse, toutes les librairies seront fermées

Cette rentabilité est appréciée de manière «prudente» et «conservatrice», selon Benjamin Paternot, directeur en charge des fonds de fonds chez Bpifrance. Il est nettement supérieur à celui de l’épargne actuellement, mais reste inférieur au private equity traditionnel, qui est également plus risqué, car concentré sur un plus petit nombre d’entreprises. Selon l’association FranceInvest, le private equity a réalisé une performance annuelle de 11,2% sur la période 2004-2018 en France.

Investissez via un compte titres, un PEA ou une assurance vie

Un FCP est un fonds qui émet des parts auxquelles les épargnants peuvent souscrire. “Le porteur de parts ne dispose d’aucun des droits conférés à un actionnaire, mais la société de gestion qui gère le fonds agit au nom des porteurs de parts et dans leur intérêt exclusif”, précise l’Autorité des marchés financiers (AMF) sur son site internet. Les parts détenues par un épargnant sont logées «dans un compte titres, un PEA ou sous forme d’unités de compte dans une assurance vie», précise encore l’AMF.

Les dividendes perçus via un FCP sont par défaut soumis à la déduction forfaitaire unique (PFU) de 30% (soit 17,2% de prélèvement social et 12,8% d’impôt sur le revenu), même si l’épargnant peut choisir d’être imposé au barème progressif de impôt sur le revenu (IR) si cela est plus avantageux. Lors de la revente, toute plus-value réalisée est également imposée au PFU ou à l’échelle IR progressive.

Contacté par BFM, Bpifrance nous informe que le fonds concerné sera un FCPR (FCPR à risque), agréé par l’AMF le 1er septembre. “Contrairement aux unités FCP” ordinaires “, les unités FCPR et FCPI sont transférables”, comme souligné ici dans le Bulletin Officiel des Finances Publiques (ou Bofip). De plus, les FCPR bénéficient d’un régime fiscal plus favorable qu’un FCP ordinaire. Lorsque l’investisseur s’engage à conserver ses parts pendant 5 ans dans un FCPR, il est exonéré (sous certaines conditions définies à l’article 163 quinquies B du code général des impôts) l’impôt sur le revenu sur le produit de ses actions au cours de ces 5 années. S’il détient ses parts de manière continue pendant cette période de rétention de 5 ans, l’épargnant est également exonéré d’IR à la sortie, c’est-à-dire sur toute plus-value à la revente. En revanche, des prélèvements sociaux de 17,2% s’appliquent, que ce soit pour les produits générés par les unités ou pour la plus-value sur la vente des unités.

READ  Suez rejette vigoureusement l'offre publique d'achat de Veolia

Dans le cas qui nous intéresse ici, «les parts du fonds BE1 sont bloquées pendant toute la durée de vie du fonds et ne sont donc pas transférables pendant la durée de vie du fonds, sauf dans les cas de libération anticipée prévus par la loi», indique Bpifrance . «Pour les personnes physiques, deux catégories de parts du Fonds sont disponibles: (i) des parts permettant à leurs détenteurs de bénéficier du régime fiscal préférentiel applicable à d’éventuelles plus-values ​​générées, ou (ii) des parts soumises au régime fiscal des parts visé au (i) ci-dessus, le régime fiscal préférentiel applicable à toute plus-value éventuellement générée est notamment conditionné au blocage du rachat des parts pendant au moins 5 ans à compter de la souscription et au blocage des distributions au cours de cette même 5 période d’un an », explique Bpifrance.

PER succès

Bruno Le Maire a également salué «l’immense succès» du Plan d’Epargne Retraite (PER) lancé il y a un an. “1,8 million de Français (…) ont fait appel à ce plan d’épargne retraite pour 8 milliards d’euros” d’encours, a déclaré sur LCI Bruno Le Maire. Preuve, selon lui, que «les Français recherchent des produits d’investissement plus attractifs, plus simples».

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com