décembre 3, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Ligue des Nations (groupe 1): l’Italie offre la Pologne et prend la main

Le suspense demeure dans le match à trois du groupe 1 de la Ligue des Nations. Deux heures après le succès des Pays-Bas sur la Bosnie-Herzégovine (3-1), l’Italie a pris la tête du classement et s’est placée dans une position idéale en dominant la Pologne ce dimanche à Reggio Emilia (2-0). En cas de succès en Bosnie, mercredi, la Nazionale obtiendrait son billet pour la finale 4 pour laquelle la France est déjà qualifiée.

Privés de nombreux cadres, de la charnière Chiellini-Bonucci à Verratti en passant par Immobile, les joueurs de Roberto Mancini (également absent, touchés par le Covid-19) ne se sont pas remis en question. Face aux Polonais visiblement venus pour le tirage au sort, le Parisien Florenzi – capitaine d’une soirée – et ses partenaires ont montré un visage très séduisant et récolté un résultat mérité. Dès le départ, ils ont donné le rythme et pris le jeu seuls, comme un insigne intenable entre les lignes et un Bernardeschi qui a incliné le jeu vers la droite.

Faisant preuve d’une grande variété dans leurs mouvements, y compris des combinaisons sur coups de pied arrêtés (35e), les Italiens ont multiplié les situations tout au long de la soirée (6e, 7e, 15e, 49e, 53e, 79e, 81e, 90e). Une première fois, ils ont trouvé l’ouverture sur une reprise d’Insigne sans contrôle (20e), mais M. Turpin a refusé le but pour une obstruction de Barella sur Sczecsny. Six minutes plus tard, sur un corner joué en deux temps, Belotti était entouré de Krychowiak dans la surface et Jorginho a transformé le penalty (1-0, 27e).

READ  Droits TV: sur quelles chaînes regarder le football français et européen pour la saison 2020-2021? - Football

Des poteaux sans solution

Les Polonais allaient attendre le retour des vestiaires pour réagir – avec pas moins de trois changements à la fois – mais sans aucun effet. Incapables de déséquilibrer les excellents Italiens en remplacement, les joueurs de Jerzy Brzecz n’ont jamais réussi à trouver Lewandowski pour lui donner l’opportunité de défier la charnière centrale expérimentale Acerbi-Bastoni (pas de tir cadré). Au contraire, les Italiens ont continué à faire mal contre et sur l’un d’entre eux, Berardi a doublé la mise sur une ouverture de l’incontournable Insigne (2-0, 83e). Invaincue depuis 21 matches, la Nazionale montre qu’elle a des ressources et promet d’être un client de premier choix en finale 4. A condition de franchir l’obstacle bosniaque mercredi.