décembre 1, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

l’opposition de centre-droit revendique la victoire aux élections législatives

L’opposition de centre-droit lituanienne a remporté les élections législatives qui se sont tenues le dimanche 25 octobre, selon les premiers résultats, dans un contexte de forte contamination par le coronavirus.

L’Union lituanienne des démocrates-chrétiens (TS-LKD), parti conservateur qui a remporté 25% des voix au premier tour, a remporté 49 sièges sur 141 au Parlement, tandis que l’Union des paysans et des verts lituaniens (LVZS) est le premier ministre Saulius Skvernelis, qui avait fait 17% au premier tour, n’en a remporté que 32, selon les premiers résultats.

Tentée pour assumer le poste de chef du gouvernement, l’ancienne ministre conservatrice des finances Ingrida Simonyte, 45 ans, devrait pouvoir constituer une coalition avec les deux partis libéraux, qui ont respectivement remporté 12 et 11 sièges.

Dans le cadre des mesures de sécurité prises pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le vote en voiture a été autorisé pour la première fois. Les masques et la distanciation sociale sont obligatoires dans les bureaux de vote. Malgré les enregistrements de nouvelles contaminations, le nombre de décès signalés à la population totale en Lituanie reste bien inférieur à la moyenne européenne.

Vers une coalition gouvernementale

Quatre autres partis politiques sont entrés au parlement au premier tour, ce qui devrait déboucher sur des pourparlers de coalition après le deuxième tour de dimanche. Mmoi Symonite a critiqué son rival, Saulius Skvernelis, pour ne pas avoir préparé le pays à la deuxième vague de la pandémie. Le Premier ministre, plus populaire parmi les électeurs ruraux à faible revenu, s’est engagé à poursuivre la lutte contre les inégalités sociales et à introduire une prime annuelle en espèces, connue sous le nom de «13e pension mensuelle “ pour les personnes âgées.

READ  L'Allemagne prolonge les restrictions jusqu'à début janvier

Tous les grands partis, favorables à l’Union européenne (UE) et à l’OTAN, soutiennent la volonté de Vilnius de rallier le soutien des pays de l’UE à l’opposition démocratique biélorusse, après une élection présidentielle contestée dans ce pays voisin. “Seuls des ajustements mineurs sont probables dans l’UE et dans la politique étrangère, car il existe un consensus large et solide sur les grandes orientations”, A déclaré Kestutis Girnius, professeur à l’Université de Vilnius, à l’Agence France-Presse. Le président Gitanas Nauseda continuera à diriger la politique étrangère et de défense, a-t-il déclaré.

Le monde avec l’AFP