LVMH: une pierre dans la chaussure


Le titre du groupe de luxe gagne 16% sur un an. (© cc M. Lebreton)

L’accord de fusion entre LVMH et Tiffany tourne au vinaigre. Le groupe français est déterminé à se défendre devant la justice américaine. Mais ce n’est pas sans risque.

Tiffany a déposé une plainte le 9 septembre contre LVMH, visant à obtenir de la justice américaine une décision contraignant le groupe français à respecter ses obligations contractuelles au titre de l’accord de fusion signé entre les deux parties en novembre 2019.

En d’autres termes: réaliser la transaction au prix initialement convenu avant la crise du Covid-19 comme LVMH s’est engagé.

Arnault prépare sa défense

La transaction concerne toutes les actions de Tiffany à un prix unitaire de 135 $, soit 16,2 milliards de dollars payable en espèces.

Selon Tiffany, LVMH aurait veillé à ce que certaines conditions nécessaires à cet accord ne soient pas remplies avant le 24 novembre, date prévue pour la finalisation de la transaction.

En réponse, le groupe emmené par Bernard Arnault a exprimé son étonnement et prépare sa défense en faisant valoir la mauvaise foi des dirigeants de Tiffany et leur gestion défaillante du groupe pendant la crise, notamment en versant «des dividendes substantiels alors que la société était en perte ».

LVMH est aujourd’hui confronté au risque d’une procédure longue et coûteuse aux Etats-Unis, où les tribunaux ne font guère de cadeaux aux entreprises étrangères.

Mais en bourse, l’évolution du cours de Tiffany, en baisse de plus de 6% depuis le 9 septembre, semble indiquer que

En savoir plus sur LeRevenu.com

READ  toutes les Freebox sont mises à jour, deux offres spéciales et un Pop store

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com