Macron a été le premier président français à se rendre à Lourdes

Vendredi, Emmanuel Macron a été le premier président de la République française à visiter le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes. La date de la visite n’est pas fortuite : le 16 juillet 1858, pour la dix-huitième et dernière fois, la Bienheureuse Vierge Marie y apparaît pour Bernadette Soubirous.

Macron fait un clin d’œil aux catholiques avant les élections ?

Les médias français s’accordent à dire que l’un des objectifs de la visite était de remonter le moral des hôteliers, restaurateurs et transporteurs locaux qui, après un an d’arrêt de travail, s’attendent à une forte baisse de la clientèle.

Les commentateurs diffèrent dans d’autres interprétations. Certains pensent qu’il s’agit d’un clin d’œil aux catholiques dans le cadre de la campagne qui a déjà commencé pour l’élection présidentielle de l’année prochaine. D’autres ont vu venir au Sanctuaire comme un changement d’attitude envers les catholiques.

Lourdes, haut lieu de pèlerinage mondial, a été durement touchée par la pandémie. On s’attend à une baisse de 85 % des arrivées par rapport à 2019, a cité l’agence de presse française AFP, le président de l’Union départementale des industries hôtelières, Christian Gelis.

Nous sommes là pour défendre le Sanctuaire et aider”

Mgr Antoine Hérouard, le délégué apostolique à Lourdes, a admis qu'”après la fermeture pendant le confinement, le sanctuaire est relancé, mais principalement des Français viennent”. Pas d’étrangers, qui constituaient 65 pour cent. pèlerins…” – citait ses propos dans le quotidien “Le Monde”.

Selon le journal, la visite du président a été décrite par le délégué apostolique comme une reconnaissance de l’importance du sanctuaire de renommée mondiale. Et le quotidien régional “La Dépêche” met en avant la phrase d’Emmanuel Macron :

Nous sommes ici pour défendre le Sanctuaire et pour aider.

L’hebdomadaire catholique “Famille chrétienne” cite le recteur du Sanctuaire, Olivier Ribadeau-Dumas, expliquant qu'”Emmanuel Macron est le premier chef de l’Etat à venir au Sanctuaire. D’autres présidents, comme François Mitterrand et Jacques Chirac, venaient à Lourdes pour accueillir les pèlerins à Lourdes, mais pas pour quitter l’aéroport de Tarbes-Lourdes, où ils attendaient les invités du Vatican. Nicolas Sarkozy a visité la grotte de Lourdes, mais en tant que ministre de l’intérieur, pas en tant que président. ” Le Monde ” ajoute qu’en 2013, Le président de l’époque, François Hollande, est venu à Lourdes pour constater les effets des inondations, mais « a raté le sanctuaire ».

Ni Valéry Giscard-d’Estaing ni le général Charles de Gaulle – les deux catholiques zélés ont honoré Lourdes de leur présence

– écrit la chaîne de télévision France 3 sur son site Internet, rappelant qu’elle était due au respect du principe de laïcité de l’Etat.

Le rédacteur en chef du quotidien catholique La Croix, François Ernenwein, a déclaré dans un débat sur France Info qu’il considérait la visite du président Macron comme quelque chose de normal. “L’État est laïc, mais la société laïque ne l’est pas”, a-t-il déclaré, ajoutant que les autorités avaient des contacts avec diverses confessions et qu’il n’y avait aucune raison pour que les catholiques soient une exception.

La télévision C-News a évoqué la rencontre du président Macron avec l’épiscopat français au Collège des Bernardines à Paris en avril 2018 et a rappelé qu’en s’exposant aux gardiens de gauche de la laïcité, Macron a exprimé sa volonté de « réparer le lien endommagé entre l’Église et l’état.”

De nombreux commentateurs ne doutent pas que la visite du Sanctuaire de Lourdes était pour le président Macron “une visite stratégique et l’occasion de faire un clin d’œil aux catholiques à neuf mois de l’élection présidentielle”.

kpc/PAP

READ  Le patron d'Engie veut vendre rapidement ses 32% à Suez

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com