février 25, 2021

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Niger: 2e tour des élections présidentielles; le favori est l’ancien chef du ministère de l’Intérieur

Le second tour des élections présidentielles se tient dimanche au Niger. Le concours est suivi par l’ancien chef du ministère de l’Intérieur, Mohamed Bazoum, et Mahamanne Osmane, qui a dirigé en 2010 le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie. 7,4 millions de personnes ont le droit de vote.

Les bureaux de vote ont été ouverts à 8 heures du matin.

Le favori du second tour des élections est le soutenu par le président sortant Mahamadou Issoufou, Mohamed Bazoum, 61 ans, chef du Parti nigérian pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarayya), qui était auparavant ministre de l’Intérieur et était la “main droite” du chef de l’Etat. Bazoum a remporté 39,3% au premier tour de scrutin. votes. Il a également obtenu le soutien des candidats qui ont terminé troisième et quatrième au premier tour de scrutin.

Le rival de Bazouom est Mahamane Ousmane, 71 ans, président du Niger de 1993 à 1996, qui a présidé le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie en 2010. Il a pris le pouvoir au Niger après avoir retiré l’armée du pouvoir. Au premier tour des élections, l’ancien président a remporté 17%. votes exprimés.

Comme l’a déclaré le président sortant du Niger, Mahamadou Issoufou, son objectif est de «remettre le pouvoir à un successeur démocratiquement élu, un événement sans précédent dans l’histoire du Niger». Issoufou lui-même n’a fait aucune tentative pour rester aux commandes du pouvoir après la fin de son second mandat, mais il a soutenu le favori des urnes, Mohamed Bazoum.

Les experts notent l’âge avancé des candidats à la présidence, ce qui est frappant car le Niger possède l’une des sociétés les plus jeunes de tout le continent africain. Ils soulignent également que la campagne manquait de nouveaux visages.

READ  OnePlus publie la documentation pour 5 smartphones à venir

Le plus grand défi pour la démocratie au Niger est l’activité des groupes terroristes. Depuis 2010, lorsque des groupes islamistes locaux ont commencé à opérer au Niger, essayant d’imposer des lois et coutumes islamiques à la société locale, plusieurs centaines de personnes sont déjà mortes dans ce pays. Malgré l’implication des forces internationales antiterroristes, originaires, entre autres, de France et des États-Unis ne parviennent toujours pas à limiter les actes de terreur, les enlèvements et les exécutions de représentants administratifs et militaires dans la région du Sahel, en particulier dans le nord du Nigéria et le sud du Niger.

On estime qu’env. 300 mille personnes ont quitté leurs maisons au Niger et sont allées au Nigéria, et 160 mille. trouvé un abri temporaire dans les régions frontalières à la frontière du Niger avec le Mali et le Burkina Faso.