«Nous sommes dans une situation très difficile voire critique», prévient Delfraissy

L’épidémie de Covid-19 du dimanche 25 octobre a battu un nouveau record en France avec 52 010 nouveaux cas positifs enregistrés en 24 heures, alors que le nombre de patients en réanimation a continué d’augmenter, dépassant les 2500, selon les chiffres de Santé publique France.

Invité sur l’antenne de RTL le 26 octobre, le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy décrit “une situation très difficile, voire critique”. «Il y a probablement plus de 50 000 cas par jour. Le Conseil scientifique estime que nous sommes plutôt environ 100000 cas par jour“, explique-t-il. Doublez donc.” Entre les cas diagnostiqués, les cas non diagnostiqués, les cas asymptomatiques … On est autour de ce chiffre. Nous avons un virus qui circule extrêmement rapidement“, il ajoute.

Jean-François Delfraissy a mis en garde contre la menace d’une deuxième vague début septembre, mais il reconnaît “être surpris par la brutalité de ce qui se passe depuis deux semaines”. “Cette deuxième vague sera sûrement plus forte que la première”, prévient-il.

Plus vite nous prendrons des mesures, plus le niveau de ces mesures sera efficace.

Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique

Au vu de la situation qui empire jour après jour au sein de l’Hexagone, Marine Le Pen a dénoncé les méthodes du gouvernement et fait l’observation que “quand c’est trop tard, c’est trop tard”. Quelles solutions faut-il mettre en place? Un couvre-feu avec une durée plus longue? Raffinement par tranche d’âge? Tout en soulignant que ces «décisions» sont «éminemment politiques», Jean-François Delfraissy évoque deux hypothèses.

Il y a donc “la possibilité d’aller vers un couvre-feu plus massif tant dans ses horaires que dans sa portée et qu’il peut être installé le week-end. “” Plus nous prenons des mesures rapidement, plus le niveau de ces mesures est efficace “, a déclaré le président du Conseil scientifique.

Autre hypothèse: le confinement. Mais ce serait “moins dur que celui de mars dernier, souligne le professeur Delfraissy. Cela permettrait à la fois un travail, qui doit être accentué dans le télétravail, et permettrait de maintenir une activité scolaire et une activité économique”. Il serait «de courte durée» et mis en place maintenant. Autre différence avec le déconfinement en mars dernier. “Nous passerions le couvre-feu”, il dit.

La rédaction vous recommande


Lire la suite

READ  Tokyo 2020 : les Japonaises battent les Françaises en demi-finale et joueront pour l'or des USA

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com