octobre 28, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

PSG: les notes du match

Après la trêve internationale, la Ligue 1 était de retour ce vendredi soir avec le début de la 7e journée. Après le match nul entre Dijon FCO et Stade Rennais (1-1), Nîmes Olympique et Paris Saint-Germain ont croisé le fer sur la pelouse du Stade des Costières. Privé de nombreux cadres, Thomas Tuchel a dû innover et aligner ainsi un 4-3-3 avec ses rookies Rafinha et Kean titulaires. En face, Jérôme Arpinon a opté pour le même schéma tactique.

Après cette publicité

Malgré une forte pression de Nîmes, les Parisiens ont rapidement mis le pied sur le ballon en début de match et Mbappé a allumé la première mèche avec une frappe captée par Reynet (3e). Kean, prêté par Everton, a raté le cadre pour sa première opportunité parisienne (8e). Mais les Parisiens ont enregistré un premier coup dur avec la sortie de Paredes, touché à la cuisse et remplacé par Herrera (11e). Dans la foulée, le match connut un premier tournant puisque Landre voyait rouge pour une intervention dangereuse sur Rafinha (12e). Et en infériorité numérique, tout était compliqué pour les Crocs.

Le doublé pour Mbappé, Florenzi et Sarabia décisif

Après une percée de Bakker (21e) et une tête de Mbappé (24e), Reynet a dû travailler devant Herrera, auteur d’une belle tête cadrée (29e). Malheureusement, l’ancien gardien du Toulouse FC a dû s’incliner devant Mbappé. Le natif de Bondy a ouvert le score avec une excellente ouverture de Rafinha, et après un accrochage sur le gardien nîmois (32e, 0-1). Malgré cet objectif, le NO est resté dans le match grâce à Reynet, auteur de trois arrêts (contre Florenzi, Kean et Gueye). Eliasson (28e) et Ripart (42e), eux, ont trouvé les gants de Navas. Le PSG menait donc 1-0 à la pause après une nouvelle parade de Reynet, sur une tête de Mbappé (44e).

On espérait alors voir une réaction de Nîmes à leur retour des vestiaires, mais les Parisiens ont insisté pour s’envoler. Peu de temps après avoir trouvé le poteau (73e), Florenzi a inscrit le but de la pause (78e, 0-2). Chaque opportunité s’est alors transformée en but et Mbappé, servi par Sarabia, lui a inscrit un doublé du pied droit (83e, 0-3). Thomas Tuchel pouvait alors tourner et l’Espagnol, déjà double passeur décisif, s’y est également rendu pour son but après deux autres montants pour le PSG (88e, 0-4). Le PSG a donc gagné et était plein de confiance avant la réception de Manchester United en C1.

L’homme du match, Mbappé (8): en l’absence de son ami Neymar, le champion du monde 2018 s’est amusé seul ce soir. Auteur d’un nombre incalculable d’occasions (3ème, 8ème, 25ème, 43, 49ème, 50ème), le natif de Bondy a fait beaucoup de mal aux défenseurs du NON, qui n’ont jamais trouvé la solution pour l’arrêter. Résultat, il a marqué un doublé en ajustant facilement Reynet dans les deux périodes (32e, 83e). L’international français est sur pied et c’est une bonne nouvelle avant le match de C1 contre MU. Remplacé par Jesse à la fin du jeu (84e).

READ  Marion Bartoli enceinte à Roland Garros: retrouvailles avec son amie Serena Williams

Nîmes olympiques

  • Reynet (5,5): le gardien nîmois a vraiment commencé son match en sauvant simplement son équipe d’une parade exceptionnelle sur une tête d’Herrera (29e), avant de ne pouvoir voir que les dégâts sur le score d’ouverture et le deuxième but de Mbappé (32e, 83e). Néanmoins, le dernier rempart a repoussé un nombre incalculable de tentatives parisiennes (3e, 37e, 40e, 41e, 43e) et a même vu ses montants lui sourire trois fois sur une volée de Florenzi, et des têtes de ce dernier et de Moise Kean (66e , 76e, 88e), avant que l’Italien ne trouve enfin le filet (78e). Malheureusement, il a obtenu un petit trou sur le but de Sarabia (88e).

  • Brûleur (3): s’il a quand même fait de bonnes interventions devant Mbappé et Bakker (4e, 25e), l’arrière droit français, arrivé de l’OGC Nice cet été, a connu une soirée très compliquée. La faute à un Kylian Mbappé très actif dans son couloir (8e, 24e, 44e).

  • Miguel (3,5): Orphelin de son partenaire axial expulsé de la 12e minute de jeu, l’ancien défenseur de Tours, comme l’ensemble de ses partenaires, a subi de multiples agressions de la part des visiteurs. Aussi peu présent dans les duels aériens. Un match compliqué pour lui ce vendredi.

  • Landre (non noté): auteur d’une mauvaise intervention sur Rafinha en début de match, il a rapidement vu rouge (12e) après avoir laissé la marque de ses crampons sur l’ancien joueur du Barça. Et dix contre onze, ses coéquipiers ont forcément souffert.

  • Paquiez (3,5): le latéral gauche des Crocos a très souvent pris la sauce devant les joueurs parisiens. Il réussit néanmoins une intervention défensive décisive devant Sarabia (47e).

  • Méthode (5): pas avare d’efforts, le milieu de terrain de 22 ans a gratté pas mal de ballons ce soir, faisant également preuve de beaucoup d’élégance dans ses relances (5e, 18e). Son tir au centre après une bonne percée a contraint le gardien costaricien au travail, lui qui était vigilant (52e). Remplacé à la 85e par Ahlinvi.

  • Cuves (4): très à l’aise techniquement, l’international paraguayen a comme à son habitude tenté d’imposer sa patte au milieu de terrain (26e). Véritable révélation du début de saison, il a pourtant été trop souvent mis en difficulté par les assauts répétés des Parisiens. Remplacé à la 54e par Martinez qui n’a pas pesé lors de son entrée.

  • Deaux (3,5): prévenu pour une grosse semelle sur Paredes (7e), l’ancien Guingampais n’a pas eu l’impact escompté au milieu de terrain, contrairement à Fomba qui n’a pas hésité à tenter les choses. S’il a néanmoins quelques interceptions défensives à son actif ce soir (59e), son match ne restera pas dans les mémoires.

  • Éliasson (4): intéressant en début de match, le tout nouveau joueur nîmois n’a eu besoin que d’une minute pour tenter sa chance de loin, en vain. Face à face avec Bakker, l’ailier offensif n’a pas hésité à provoquer et tirer par moments, mais généralement insuffisant (5e, 38e). Inexistant en seconde période, il était remplacé à la 85e par Majouga.

  • Ripart (3,5): s’il avait peu de réelles opportunités d’exister dans ce match, le sauveur habituel des Crocs tentait quand même sa chance quand il en avait l’occasion. Sans grand danger (42e). Il a dû se limiter à un rôle beaucoup plus défensif ce soir. Remplacé à la 85e par Koné.

  • Roux (3): s’il a pourtant bien commencé son match en faisant preuve d’envie, l’avant-centre français n’a donc pas, son équipe réduite à dix, n’existait plus vraiment dans cette rencontre. Toujours difficile pour un attaquant d’exister offensivement quand son équipe défend dans sa moitié de terrain. Remplacé à la 68e par Aribi qui n’avait rien à manger.

Paris Saint Germain

  • Navas (6): presque 48 heures après avoir joué avec sa sélection, le gardien costaricien a débuté ce soir. Mais heureusement pour lui, les Crocs n’avaient pas grand chose à manger. En première période, l’ancien gardien du Real Madrid est resté concentré sur les frappes d’Eliasson (38e) et de Ripart (42e). Et quand il est revenu du vestiaire, il n’avait absolument rien à faire.

  • Florenzi (7,5): pas très inquiet sur le plan défensif, l’arrière droit italien a pu grimper plusieurs fois comme il aime le faire. Et il a fait du bien pour le PSG en multipliant les bons centres et en inscrivant le but de la pause à bout portant (78e), tout en faisant le boulot derrière. Auteur également d’une tentative cadrée repoussée par Reynet peu avant la pause (37e), d’une volée sur le poteau (66e) et d’une tête sur le montant (76e). Remplacé par Ruiz-Atil (85e).

  • Diallo (6): très discret lors de cette partie au Stade des Costières, le défenseur français a néanmoins fait son travail, à savoir arrêter les offensives de Nîmes et surtout couvrir son coéquipier Florenzi lors de sa montée. L’ancien joueur de Dortmund a également poussé très haut pour gêner les Crocos dans leurs sorties de balle.

  • Kimpembe (6,5): capitaine de la soirée côté parisien, le numéro 3 a montré l’exemple. Toujours présent dans le jeu aérien, l’international français a bien contenu les attaquants adverses puis relance proprement et simplement. Cela ne compliquait pas les choses et faisait donc une bonne copie.

  • Bakker (6): présent à gauche de la défense parisienne, le camp néerlandais avait des espaces devant lui pour grimper et combiner avec Mbappé. Il a souvent retrouvé le natif de Bondy et a été intéressant à l’avant-garde, avec de bonnes passes entre défenseurs et de bons centres. Un match plutôt calme.

  • Rafinha (7): auteur de sa première apparition avec le Paris SG, le milieu de terrain brésilien a fait bonne impression. Malgré son jaune récupéré rapidement, l’ancien élément du FC Barcelone était très disponible au milieu de terrain pour faire la transition entre les lignes. Il l’a parfaitement montré en envoyant Mbappé ouvrir le score (32e). A noter qu’il a également provoqué l’expulsion de Landre (12e). Remplacé par Dagba (58e) ce qui fut vite intéressant dans la bonne voie, Florenzi changeant de position. L’équipe a même effectué une passe décisive (88e).

  • Gueye (6): aligné devant sa défense, le milieu de terrain sénégalais a essuyé le pare-brise quand cela était nécessaire pour gêner les Crocs, malgré un carton jaune reçu en début de match. Assez libre au milieu, il a aussi tenté sa chance (40e, 64e) mais ça n’a pas marché. Dans l’ensemble, une performance très décente.

  • Murs (non remarqués): Installé au milieu de terrain par Thomas Tuchel, le milieu argentin n’a passé que onze minutes sur la pelouse. Suite à deux interventions de Deaux, le numéro 8 s’est blessé à la cuisse droite et a donc dû céder la place à Herrera (11e, note: 5,5). L’Espagnol n’était pas très visible dans cette partie mais il s’est tout de même créé quelques occasions avec sa tête (29e, 61e).

  • Sarabia (7,5): en l’absence de Neymar notamment, l’Espagnol a eu sa chance devant ce soir. Plutôt actif en première période, avec par exemple une tête sur le côté (23e) et de nombreux centres, l’ancien joueur du Sevilla FC était moins en vue après son retour des vestiaires avant de retrouver ses couleurs en fin de match avec un coup décisif. passe pour Florenzi à la 78e minute et une pour Mbappé (83e) e, évidemment avant un but grâce à une frappe qui a surpris Reynet (88e).

  • Kean (5): Titulaire à la pointe de l’attaque pour sa première sous le maillot parisien, le joueur prêté par Everton n’a pas été grandement servi. Et sur ses quelques balles, l’attaquant italien a raté, comme sur une déviation à côté de sa première occasion (8e), un petit raté (34e) ou une frappe sur Reynet (40e) avant la pause. Cependant, il a retrouvé la barre transversale de Reynet en fin de match (86e).

  • Mbappé (8): voir au dessus