décembre 1, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Quais vides, un grand nombre d’agences de police, des gens mécontents pour un étrange départ

Départ du Vendée Globe 2020 – 20 minutes

  • Pour la neuvième édition du Vendée Globe, la préfecture de Vendée avait décidé de faire le tour du canal des Sables d’Olonne à huis clos.
  • Il fallait avoir un balcon pour assister au départ des skippers des pontons.
  • Pour les autres résidents, il était nécessaire d’apporter un certificat car les policiers étaient en nombre à surveiller.

À la Sables d’Olonne, nous sommes (très) frustrés, mais nous avons toujours le sens de l’humour. Les 33 skippers, sortant de la chaîne, n’ont sans doute pas manqué un message posté en chemin: “Chanceux, en mer, il n’y
Covid ! «Des dizaines de bannières étaient également éparpillées dans le canal du Sablais que les marins ont traversé tôt le matin ce dimanche.

Une bannière au niveau du canal des Sables d’Olonne. – LOIC VENANCE / AFP

Il y avait presque plus de banderoles et de drapeaux que de spectateurs, mais peut-être moins que les forces de police. Contexte sanitaire oblige, le démarrage de cette 9e édition du Vendée Globe a été donnée à huis clos. Tous les quais étaient interdits, les plages fermées. Et la gendarmerie ne plaisantait pas avec les règles …

Impossible pour les résidents du Chaume par exemple, pour prendre place sur le quai et voir de près les skippers. «Je ne me sens pas privilégiée, c’est honteux, peste Laurence. On nous a même demandé de reculer les ganivelles. “Mesdames et Messieurs, vérification des certificats s’il vous plaît!” », Lance une policière, dénuée de tout sourire malgré un soleil printanier. “Vous voyez, ils nous contrôlent en plus”, gémit Jean-Louis.

Au loin, Manuel Cousin, qui habite Sables d’Olonne, provoque une grande clameur chez les Chaumois, ayant rempli un certificat les autorisant à sortir pendant une heure … “C’est un peu ridicule, on vit ici et on ne peut même pas aller au quai”, gronde Julie. Ce que nous allons faire, c’est que nous allons obtenir un autre certificat et nous allons changer nos vêtements… “

Les chanceux sur leur balcon

Mais attention, la police a un œil. «Il faut même se cacher pour regarder passer les bateaux, regrette Françoise. Eh bien, on peut encore dire que nous y étions. Les dizaines et dizaines d’habitants sur leurs balcons pourront également se vanter d’avoir assisté aux premières minutes de navigation des 33 skippers. Et sans être vérifié. «Nous essayons de regarder le départ, nous nous débrouillons du mieux que nous pouvons avec une casserole et des jumelles, explique Florian, qui a un balcon donnant sur la Port Olona. On voit les skippers au loin, on essaie de leur dire bonjour. Nous préférerions être à l’extérieur, mais nous n’avons pas le droit de sortir! Tous ces habitants ont conscience d’être chanceux, privilégiés.

Au loin, des drapeaux vendéens flottent. D’autres à la gloire de Jean Le Cam et Arnaud Boissières, locaux de l’étape, sont fièrement affichés. «C’est notre Sablais de coeur, c’est un ami», explique Pascal, appuyé sur la balustrade de son balcon donnant sur le quai de la Chaume. Nous n’avons pas le droit de descendre, mais nous l’avons quand même vu sur le canal. Nous avons une pensée pour tous ces gens qui sont devant la télévision et ceux qui n’ont pas pu venir. “

«Nous avons la chance de pouvoir voir les bateaux en direct», concluent Alexandre et Leïla en chœur, également positionnés sur leur balcon. Nous vivons ici, c’est une chance. Nous savons que c’est un privilège de voir cela de nos propres yeux. «Et ils étaient en effet très peu nombreux à pouvoir en profiter, ce dimanche, pour le départ de la 9e édition.

READ  PSG-Dijon (4-0): Paris est un hit, Tuchel surprend