Ryanair réduit ses vols de 20% en septembre et octobre en raison d’une baisse de la demande

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a annoncé lundi une réduction de 20% du nombre de ses vols en septembre et octobre, citant une baisse des réservations due à une augmentation des cas du nouveau coronavirus en Europe. Ryanair, qui avait jusqu’ici prévu de rouler à 70% de sa capacité en septembre, explique dans un communiqué qu’elle n’a d’autre choix que de réviser le nombre de vols prévus, notamment vers la France et l’Espagne. , deux pays visés par la quarantaine imposée par le gouvernement britannique.

L’entreprise explique que ces réductions impliqueront principalement une réduction des fréquences de vol plutôt que des escales de service. “Cette baisse de capacité et de fréquence des vols pour les mois de septembre et octobre est inévitable compte tenu de la faiblesse récente des réservations suite aux restrictions en place dans certains pays européens.», Explique un porte-parole de Ryanair, cité dans le communiqué. Les passagers touchés par l’annulation de leurs vols en septembre ont été prévenus et ceux qui ont réservé pour octobre le seront beaucoup moins pendant la journée.

Outre l’Espagne et la France, cette baisse du nombre de vols concernera principalement la Suède et l’Irlande, qui impose une quarantaine aux passagers en provenance notamment du Royaume-Uni. Ryanair demande également au gouvernement irlandais de modifier sa liste de pays auxquels il impose une quarantaine, afin d’exclure notamment l’Allemagne, où les cas sont moins nombreux qu’en Irlande. Cette annonce d’entreprise “à bas prix»Confirme que la reprise espérée du trafic aérien, après des mois d’arrêt avec confinement, est plus difficile que prévu compte tenu de la circulation toujours très active du virus en Europe.

READ  OFFICIEL: Anelka entame une nouvelle étape. Il est devenu le directeur sportif d'un club français

Le secteur de l’aviation britannique, un marché clé pour Ryanair, n’a pas caché son inquiétude face à la décision du Royaume-Uni d’imposer une quarantaine à la France, peu de temps après avoir pris la même décision contre le Royaume-Uni. L’Espagne, destination estivale préférée des Britanniques. Pour faire face au choc de la pandémie et à une demande qui devrait être déprimée un instant, Ryanair a déjà annoncé un plan de restructuration qui implique la suppression de 3 000 emplois, soit 15% de ses effectifs. La pandémie s’est traduite par une perte nette de 185 millions d’euros entre avril et juin, premier trimestre de son exercice décalé. La société s’attend à ce jour à une moindre perte au deuxième trimestre (juillet à septembre) grâce à la reprise du trafic.

Vendredi, après confirmation par le gouvernement britannique que les passagers en provenance de France seraient soumis à une quinzaine de jours, le groupe aérien IAG, maison mère de British Airways, avait déploré un “coup” qui ne le fait pas “touchera l’industrie aérienne déjà en difficulté».

«L’incertitude pour le secteur est susceptible de perdurer alors que les gouvernements tentent le pari presque impossible de rouvrir les économies et de contenir le virus», Souligne Marc Kimsey, trader chez Frederick & Oliver. “Sans la solution miracle d’un vaccin, le secteur du tourisme en souffrira longtemps», Prévient-il.

De son côté, la compagnie aérienne EasyJet a confirmé lundi la fermeture de trois bases au Royaume-Uni, celles de Stansted près de Londres, de Southend dans l’est de l’Angleterre et de Newcastle en Écosse, à partir du 31 août. Le syndicat Balpa a dévoilé ce projet à la fin de Juin et a averti que 700 emplois pourraient être supprimés. EasyJet, qui dirige un plan de restructuration prévoyant un total de jusqu’à 4500 suppressions d’emplois, affirme que des vols seront toujours fournis à Stansted et Newcastle.

READ  Compteur Linky: peut-on le faire supprimer après la nouvelle décision de justice?

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com