Ski de fond. Oberstdorf. Les employés du CIO et de la FIFA ont participé à la Coupe du monde

Le meilleur de ce groupe était Ikpefan. Il a terminé 80e lors de la qualification au sprint sur 159 concurrents. Lau a pris la 153e place et Nyanduga la 81e place lors de la qualification pour la Coupe du monde organisée pour les joueurs les plus faibles.

Lau et Nyanduga font quelque chose de complètement différent au quotidien. Trinité-et-Tobago, 41 ans, vit en Suisse et travaille avec la Fédération internationale de football (FIFA) depuis 15 ans. Un ancien étudiant de Harvard a participé à l’un des projets de Coupe du monde préparés par Sepp Blater. Cependant, il n’a découvert le ski de fond que trois ans plus tôt. Le départ en Coupe du monde est de l’aider à se qualifier pour les JO d’hiver de Pékin (2022).

Participer à cet événement est aussi le rêve de Nyanduga, qui travaille pour le Comité International Olympique (CIO) à Lausanne. Avant sa performance à Oberstdorf, le joueur de 32 ans a dû surmonter des barrières formelles. Il a d’abord dû créer un syndicat de ski. Pour l’instant, il a le statut de membre temporaire de la Fédération Internationale de Ski (FIS).

Les deux joueurs se sont entraînés avec des joueurs finlandais et suisses dans les derniers jours avant la Coupe du monde. Ils ont également reçu du matériel professionnel.

READ  Ligue 1: le blip douloureux du PSG. Responsable OSC Lille - Résultats

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com