Test de l’Olympus OM-D E-M10 Mark IV: un excellent hybride pour prendre au sérieux la photographie

Un design qui ne vieillit pas une ride

La gamme OM-D est immédiatement identifiable par son design néo-rétro très réussi. L’OM-D E-M10 Mark IV ne fait pas exception, et c’est bien. Vêtue de sa robe argentée, la petite hybride Micro 4/3 ne manquera pas de faire bonne impression. Si Panasonic joue pour sa part souvent la carte de l’aspect technique, derrière la performance brute, utiliser ou donner un bel objet est aussi un plaisir.

Dans cet esprit, mention spéciale à l’interrupteur d’alimentation qui rappelle certaines anciennes gammes d’appareils photo argentiques. Appuyer à fond sur ce bouton déploie le flash d’appoint. Petit effet garanti sur l’utilisateur qui découvre l’appareil.

Zoom prêt à l’emploi
Zoom fermé

Bonne ergonomie

Si le niveau de personnalisation n’atteint pas celui des meilleurs modèles, il y a déjà beaucoup à faire avec les trois boutons directement réglables. Pour le reste, le principal – et plus – a été conçu pour être facilement accessible. Le menu rapide traditionnel Olympus est disponible avec un bouton sur l’épaule gauche. C’est un peu déroutant par rapport au reste de la gamme, mais on s’y est habitué. Les roues avant et arrière sont présentes.

Bref, sur un appareil de ce calibre et de cette taille, il ne manque presque rien. On peut regretter les boutons arrière en trèfle un peu trop lisses ou l’absence de joystick, mais ce n’est pas prohibitif. Autre regret, les menus de l’Olympe toujours aussi austères et difficiles à comprendre. Ils regorgent d’options et nécessitent une bonne dose de courage avant de s’y plonger.

Petits extras bienvenus

Cependant, Olympus améliore légèrement sa formule. Le repose-pouce est plus prononcé et rend la prise en main plus agréable et plus solide à l’aide de la petite poignée avant, qui est également plus profonde. Quant au viseur électronique, il reste très agréable et suffisamment large. Cela ne correspond pas tout à fait à la qualité des meilleurs modèles d’entrée de gamme, mais c’est quand même très bon.

L’écran de ce modèle vous permet de prendre des selfies, grâce à une inclinaison à 180 ° … vers le bas. Il faut donc oublier cette fonction sur un trépied ou avec l’appareil monté sur une poignée. L’écran tactile ne bénéficie toujours pas de la gestion multipoint et l’USB-C a été oublié. D’autre part, il est possible de charger l’appareil directement via USB. Notez que l’accès à la carte mémoire se fait par le bas de l’appareil, ce qui peut être gênant lors de l’utilisation d’un trépied.

Les fonctions fabriqué à l’Olympe

Enfin, pour conclure la partie ergonomie de l’OM-D E-M10 Mark IV, il est impossible de ne pas évoquer ce qui fait le succès d’Olympus: les fonctionnalités. Il existe plusieurs filtres créatifs bien pensés, mais pas seulement. Les tendances bracketing les classiques sont présents, tout comme les modes automatiques pour la nuit, pour ne donner qu’un exemple. Il existe également un mode Live Composite pour effectuer peinture claire, un mode panorama, exposition multiple ou HDR. Bref, il y a de quoi s’amuser.

READ  Ruben Aguilar convoqué pour la première fois avec les Bleus

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Mercatoshow.com