novembre 26, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Test du Fujifilm X-S10: un petit hybride compact et léger qui peut tout faire

Gestion électronique du bruit

Pas de surprise en termes de qualité d’image. Nous sommes sur un terrain connu. Fujifilm utilise à nouveau son X-Processor 4 associé au capteur APS-C CMOS X-Trans 4 de 26,1 mégapixels. Couple que l’on retrouve surtout sur le X-T3 et le nouveau X-T4.


Les résultats sont sensiblement les mêmes. La qualité d’image est maintenue jusqu’à 1600 ISO, bien qu’il y ait un léger bruit à partir de 800 ISO. C’est à 3200 ISO puis à 6400 ISO que deux étapes importantes sont franchies. Il vaudra mieux éviter de dépasser cette dernière valeur à cause du bruit excessif, même avec des fichiers au format brut.

Latitude d’exposition

Pour vérifier l’étendue du travail d’un point de vue “artistique”, nous avons photographié notre scène de test sur une plage de +/- 5 EV et corrigé les fichiers bruts avec notre logiciel de montage pour obtenir une exposition similaire.


Ici aussi, les résultats sont comparables à ceux des autres appareils photo Fujifilm sortis en 2020. Il sera difficile de récupérer les hautes lumières au-dessus de +1,6 EV. Dans l’ombre, le bruit apparaît à partir de -3 EV et devient significatif à -4 EV. La performance n’est vraiment pas la meilleure et disproportionnée par rapport à celle d’un Alpha 6600 (A6600) de Sony, champion sur ce point.

Stabilisation

Après le plus cher X-T4, la stabilisation est à nouveau présente chez Fujifilm. Stabilisation qui fonctionne de concert avec les objectifs compatibles tels que le XF 18-55 mm F2.8-4 R LM OIS. Dans la plupart des utilisations, la stabilisation est présentée par le fabricant comme étant plus puissante que celle du X-H1, mais un peu moins que celui du récent X-T4. Il est difficile de le vérifier précisément, mais sa présence est un argument de poids en faveur du X-S10.

READ  Apple M1: l'option 16 Go de RAM est rarement utile