janvier 26, 2021

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Tour de France: Primoz Roglic remporte la quatrième étape, Julian Alaphilippe toujours en jaune – Tour de France

Julian Alaphilippe passera donc une dix-septième journée avec ses épaules cousues d’or. Calme la veille sur la route de Sisteron, le coureur Deceuninck-Quick Step n’a pas vraiment tremblé ce mardi sur la route Orcières-Merlette, première arrivée en haut de ce Tour de France. Cinquième de l’étape remportée par le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma), irrésistible pour terminer le travail de sape de ses coéquipiers dans la montée finale, l’Auvergnat poursuit donc sa nouvelle odyssée en jaune. Et l’étape de demain (183 km sans difficulté entre Gap et Privas) devrait être dans ses ficelles.

Partis à l’aventure dès que le drapeau a été abaissé, six hommes rêvent depuis longtemps d’un parcours légèrement vallonné (trois collines classées). Mais jamais Alexis Vuillermoz (AG2r La Mondiale), un moment Maillot jaune virtuel, Quentin Pacher (Hôtels B & B), Mathieu Burgaudeau (Total Direct Energie), Tiesj Benoot (Sunweb), victime d’un soleil impressionnant à 25 kilomètres du but, et les deux pôles de la Start-up Nation israélienne Nils Politt et Krists Neilands, ne croyaient pas vraiment à la victoire. La faute aux garçons d’Alaphilippe, en particulier aux deux bêtes roulantes Rémi Cavagna et Tim Declerq, dépêchés sans tarder pour imprimer à un rythme soutenu en tête du peloton historique que l’écart ne s’envole pas.

Julian Alaphilippe a été bien soutenu par son équipe. (S. Mantey / L’équipe)

Le train infernal du Jumbo-Visma

Comme prévu, la course s’est donc jouée dans la montée finale vers Orcières-Merlette, une ascension (7,1 km à 6,7%) assez roulante, bien moins marquante que le souvenir qu’elle a laissé dans l’histoire. du Tour. C’est en effet là, un jour d’été de 1971, que Luis Ocana avait mis un sacré couteau sous le règne d’Eddy Merckx, relégué à 8’42 ” et privé d’un maillot jaune qu’il retrouverait trois jours plus tard suite à la chute de son rival espagnol dans la descente du Col de Menté. Cette fois, les différences n’ont évidemment pas augmenté à un tel point.

3

A 30 ans, Primoz Roglic ne participe qu’à son troisième Tour de France. Mais jusqu’à présent, il a toujours remporté une étape. Le Slovène s’est imposé à Serre-Chevalier en 2017, à Laruns en 2018 et ce mardi à Orcières-Merlette.

Une fois avalé Neilandts, le dernier survivant de la fugue du jour, à sept kilomètres du but, la machine jaune et noire du Jumbo-Visma allait se mettre en mouvement. D’abord avec Wout Van Aert, énorme rouleau compresseur qui a déchiré le peloton. Puis avec Sepp Kuss, qui passait la deuxième couche jusqu’à 500 mètres de la ligne, moment choisi par Guillaume Martin (Cofidis) pour monter sur ses pédales. Attentif et prompt, Roglic a sauté sur sa roue et, après un dernier virage serré, s’est envolé pour la victoire, la troisième de sa carrière sur les routes du Tour. Son compatriote et néophyte Tadej Pogacar (EAU) a pris la deuxième place et Martin troisième. Jamais blâmé, Alaphilippe a terminé cinquième et a conservé son maillot jaune. Thibaut Pinot, il a retrouvé des couleurs et un sourire (8e).

READ  Trump refuse de laisser son prochain débat avec Biden se dérouler à distance

Si cette première incursion dans l’altitude n’a pas bouleversé la hiérarchie, elle a réduit les écarts en tête du classement. Un peu enfermé dans le packaging final (10e), Adam Yates (Mitchelton-Scott) pointe toujours à 4 ”. Mais le doublet slovène s’est rapproché (Roglic 3e à 7 ”, Pogacar 4e à 11 ”), tout comme Martin (5e à 13 ”). Alaphilippe est donc toujours en jaune. Et Roglic s’est apparemment bien remis de sa chute du Dauphiné …