octobre 22, 2020

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Wall Street monte, bonne nouvelle sur les vaccins et la consommation

LA BOURSE DE NEW YORK GRANDIT AU DÉBUT DE LA SESSION

LA BOURSE DE NEW YORK GRANDIT AU DÉBUT DE LA SESSION

(Reuters) – La Bourse de New York a progressé en début de séance vendredi, profitant de l’annonce d’une accélération des ventes au détail aux États-Unis et d’un nouvel espoir pour le développement d’un vaccin contre le COVID-19 qui sera bientôt achevé.

Quelques minutes après le début des échanges, l’indice Dow Jones a gagné 125,59 points, soit 0,44%, à 28619,79 points, le Standard & Poor’s 500, plus grand, a augmenté de 0,35% à 3495,49 points et le Nasdaq Composite prend 0,49% à 11771,71 points.

Les contrats à terme sur index étaient à la hausse après les déclarations du géant de la pharmacie Pfizer, qui espère désormais pouvoir déposer en novembre une demande d’approbation du vaccin contre le coronavirus qu’il développe avec l’allemand BioNTech.

Les actions Pfizer ont progressé de 1,35% et les actions BioNTech cotées au Nasdaq de 2,53%.

L’autre nouvelle encourageante du jour est d’ordre macroéconomique avec l’augmentation de 1,9% des ventes au détail en septembre, une accélération beaucoup plus forte qu’attendu et de bon augure pour les chiffres de croissance du troisième trimestre.

Un soutien supplémentaire pour le Dow: le bond de 4,57% de Boeing, qui bénéficie des déclarations d’un responsable de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) confirmant que le 737 MAX pourrait être à nouveau autorisé à voler avant la fin de l’année.

Dans l’actualité des résultats des entreprises, Schlumberger perd 4,81% après sa troisième perte nette trimestrielle consécutive, conséquence de la baisse des investissements de ses clients liée à celle du prix des hydrocarbures.

READ  Voici 7 raisons de ne pas se précipiter dans la voiture électrique

A noter également, l’envolée de 118,45% de l’action Hertz Global Holdings après l’annonce par le spécialiste de la location de voitures, placé sous la protection de la loi sur la faillite, d’un refinancement de 1,65 milliard de dollars (1,41 milliard d’euros).

(Marc Angrand)