février 26, 2021

Mercatoshow.com

Monde des nouvelles complet

Yvelines: il menace de couper la tête de Laurent, le professeur d’histoire-géo de “Koh-Lanta”

C’est un homme inquiet qui a été interpellé mardi à Clayes-sous-Bois (Yvelines) par des enquêteurs de la police judiciaire de Versailles. Agé de 30 ans, il a menacé de décapiter le professeur d’histoire de “Koh-Lanta: Les 4 Terres” sur Instagram et Facebook.

L’histoire débute ce lundi à 19h pour l’enseignant Isère de 49 ans. «J’étais dans mon bureau, raconte Laurent, et j’étais sur le point de faire une vidéo sur YouTube pour rendre hommage à Samuel Paty, quand quelqu’un m’a contacté sur Instagram. Le message est immédiatement menaçant Salut grand m…, tu ne réponds pas, tu sais ce que nous faisons aux professeurs? “ Laurent rétorque tit pour tat, mais la conversation s’arrête. «J’ai fait ma vidéo d’hommage, puis j’ai évoqué ces menaces sur Instagram. “

Le professeur au chapeau d’Indiana Jones n’a pas eu le temps de prendre des captures d’écran et ce personnage inquiétant a supprimé son compte. Laurent retrouve cet homme grâce à son nom sur Facebook. Une nouvelle dispute commence. L’internaute mentionne le nom d’une femme que l’enseignant ne connaît pas, puis lâche prise: «Je vais te décapiter, c’est un truc de professeur d’histoire». “

L’étranger menace également d’attaquer sa fille. «Je n’ai jamais été menacé dans la vie de tous les jours, ni dans mon lycée, raconte Laurent lors de sa plainte, déposée à Grenoble au lendemain de l’altercation, dont il a gardé le fil de la conversation. Et sur les réseaux sociaux, je n’ai jamais été menacé de décapitation. “

Il le critique pour sa stratégie dans le jeu

Le dossier est transmis à la direction régionale de la police judiciaire de Versailles, les menaces ayant été proférées à partir d’une adresse IP appartenant à un ingénieur au chômage résidant à Clayes sous-Bois. Ce jeune homme de nationalité française a été arrêté mardi vers 18 heures au domicile de ses parents avant d’être placé en garde à vue. Il a déjà vu un psychologue alors qu’il était victime de harcèlement à cause d’un emploi précédent et dit qu’il a besoin d’un traitement.

READ  L'histoire vraie de Dorine Bourneton, la femme qui a inspiré le film TF1

Lors de ses premières auditions, le suspect avoue et regrette la virulence de ses propos. Selon sa version, ils auraient été prononcés lors d’une dispute, commencée à propos du jeu télévisé. L’ingénieur au chômage a critiqué le professeur pour avoir mal joué dans l’émission. “Je pensais que c’était stupide d’aller voir Alix (NDLR: un autre candidat dans ce jeu, qui consiste à former des alliances pour aller le plus loin possible) », il explique. Le professeur lui aurait répondu: “mentalité de merde”. Une déclaration cinglante, prise «comme une attaque», incitant le fan de divertissement à répondre coup pour coup, comme dans un «match de boxe».

Selon la production de “Koh-Lanta”, ces menaces n’auraient pas de lien direct avec l’émission. «J’ai vu une capture d’écran. Il y a eu des menaces vis-à-vis de sa fille, explique Alexia Laroche-Joubert, la productrice de l’émission. A aucun moment la personne qui a écrit ses messages n’a fait allusion Koh-Lanta. Désormais, Laurent est exposé à cause de l’aventure. Le point important est qu’il est professeur d’histoire-géographie. De toute évidence, les candidats peuvent parfois recevoir des messages de haine et d’insultes. Mais pas des menaces de décapitation. “

Garde prolongée

La production a offert un soutien psychologique au candidat et à sa famille. Laurent a “toujours gardé la tête froide” sur cette affaire, glisse un membre de l’émission. «Il a toujours été très lucide et a pris beaucoup de distance là-dessus. L’arrestation l’a rassuré vis-à-vis de son entourage. Il n’était pas plus dérangé que cela. C’est une personne solide. “

Interrogé sur l’attaque de Conflans-Sainte-Honorine, l’ingénieur au chômage impliqué dans cette affaire s’est dit très choqué par la décapitation de Samuel Paty. Il confie qu’il est bien conscient de la gravité de ce qu’il a dit et “n’aurait pas dû le dire”. Il a même tenté de s’excuser auprès de la victime, qui avait bloqué son accès à Facebook.

Le jeune homme affirme qu’en dénonçant son comportement sur les réseaux sociaux, le candidat de «Koh-Lanta» a, lui aussi, conduit à une série de réactions racistes à son encontre, de la part d’internautes malveillants. Sa garde à vue a été prolongée de vingt-quatre heures par le parquet de Versailles, qui entend poursuivre les investigations jusqu’à jeudi avant de décider de son sort.